Le télétravail en post-pandémie ?

En ce début d’année, Le Creis-Terminal vous propose un rendez-vous débat en ligne le  20 janvier de 18h à 19h30, animé, de Marseille, par Anne Gagnebien, (MCF en sciences de l’information et de la communication et membre du conseil d’administration de Creis-Terminal), avec comme intervenant Damien Bondat, (MCF en Droit privé et sciences criminelles) et Jean-Marc Jullien (jeune doctorant inscrit en thèse à l’IMSIC).

Par télétravail il faut entendre tout travail qui aurait pu être exécuté dans les locaux de l’entreprise mais qui est effectué volontairement par le salarié en dehors de ces mêmes locaux par l’utilisation des technologies de l’information et de la communication[1]. Quel rapport avec la pandémie ? Le lien est simple : le virus se transmet d’homme à homme. Le télétravail limite les contacts humains et donc les contaminations. Ainsi, le télétravail a été promu comme instrument de lutte contre la pandémie. Pourquoi parler d’état des lieux et de perspectives ?
Parce qu’en matière de télétravail la pandémie a bouleversé la donne. Incontestablement, il y a un avant et un après covid 19. Il semble que l’état de la législation sur le télétravail explique en grande partie cette évolution avec une véritable mise en place d’une philosophie du télétravail, mais qui ne concerne pas tout le monde et non l’ensemble des entreprises. Damien Bondat nous expliquera l’évolution de la législation, l’institutionnalisation des outils des gestions du personnel ( avec par exemple des chartes) tout en explorant le rôle de la CNIL

[1] Source L. 1222-9 c. trav

(Re)penser les croyances. Une épistémologie pratique des "pensées buissonnières"

Propedia – groupe IGS, en partenariat avec l’Université de Bourgogne Franche-Compté organisait ce jeudi 09 décembre 2021, une journée de recherche dirigée par Richard Delaye-Habermacher, Yves Enrègle et Pascal Lardellier.

Il s’est tenu en présentiel (depuis Paris) et en visioconférence. Stéphane AMATO a communiqué sur le sujet « Apocalypse et fin de partie : depuis l’Echec d’une prophétie…« .

Cet évènement donnera lieu à plusieurs publications :

– les actes, sous format électronique

– une publication dans la revue Question(s) de Management

– un ouvrage collectif publié dans la collection « Entreprise et sacré » ou dans la revue de sciences sociales appliquées franco-coréenne Epistémé.

L’interdisciplinarité dans les SHS. Enjeux épistémiques et politiques

Cette journée d’étude, organisée par Enka Blanchard (CNRS) et Fabrizio Li Vigni (Sciences Po Saint-Germain), se déroulera en ligne le 30 novembre 2021 de 10h à 18h30. Inscription

Certains voient la croissance de l’interdisciplinarité entre sciences sociales, sciences naturelles et sciences de l’ingénieur comme un fait important et positif. Pourtant, les conditions théoriques et pratiques dans lesquelles cette interdisciplinarité est menée ne sont pas toujours discutées ni négociées par les différent·es participant·es aux projets unissant plusieurs disciplines. Quel type de résultats sont produits par les équipes interdisciplinaires ? Quelles visions de la société, de l’esprit et de l’Histoire informent leurs pratiques scientifiques ? Quel est le point de vue normatif qui est véhiculé par leurs travaux de recherche ?

Ouverte à un public extérieur en ligne, cette journée d’étude réunit des chercheuses et chercheurs de nombreux domaines (sociologie, philosophie, physique, mathématiques, neurosciences) pour réfléchir aux conditions de possibilité d’une collaboration interdisciplinaire entre SHS et sciences naturelles et de l’ingénieur. Elle est structurée en trois temps. La matinée est dédiée à des travaux qui décrivent, expliquent et critiquent l’interdisciplinarité à partir de certains cas d’étude. Il s’agit d’interroger les origines historiques, les retombées philosophiques et les pratiques de certains projets interdisciplinaires. L’après-midi est dédiée à des travaux qui pratiquent l’interdisciplinarité et proposent des cadres pour la conduire de manière fructueuse. Il s’agit de restituer des exemples pratiques et, si ce n’est de proposer des lignes-guides, au moins d’indiquer des garde-fous et quelques principes. Les participant·es à ces deux premiers moments présenteront brièvement leurs points de vue en 20 minutes et seront interrogé·es pendant 5 minutes. Une table ronde clôt la journée pour permettre d’approfondir les points évoqués pendant la journée et pour tirer des conclusions collectives des deux premières sections. Les organisateur·rices indiqueront des points communs aux présentations et proposeront des pistes de discussion, tout en laissant la porte ouverte à d’autres sujets.

Favoriser l'innovation sociale pour transformer l'action publique

Aix-Marseille Université, partenaire actif du projet +Resilient, organise un Living Lab inédit qui accueillera une trentaine de participants européens. Les projets pédagogiques internationaux reprennent enfin en présentiel !

+Resilient a débuté, dans le cadre du programme Interreg MED, le 1er février 2018 sous le pilotage de la Région Vénétie et doit s’achever le 30 avril 2022. Il s’inscrit dans une volonté de dynamiser la zone méditerranéenne au travers du développement d’approches novatrices et socialement responsables. Avec un budget de plus de 3.5 millions d’euros et une douzaine de partenaires engagés au sein de 8 pays méditerranéens (Albanie, Croatie, Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal, Slovénie), le projet a pour objectif d’accroître la responsabilité sociale et environnementale des PME, de développer l’Economie Sociale et Solidaire et de soutenir le marché du travail. Afin de diffuser l’innovation sociale à l’échelle européenne, il vise à développer les partenariats publics-privés et à transformer l’intervention publique.

En organisant ce Living Lab, Aix-Marseille Université met en place un espace de collaboration et participe directement à la réalisation des différentes actions pilotes de ce projet européen. Pendant trois jours, les participants travailleront ensemble au déploiement d’une méthodologie où citoyens, habitants et usagers sont considérés comme des acteurs clés des processus de recherche et d’innovation.

Du mardi 30 novembre 2021 au jeudi 02 décembre 2021 à Aix en Provence dans les locaux d’AMU, à Schuman et à l’Inspe

Organisateurs :

Le LEST :

· Francesca Petrella : francesca.petrella@univ-amu.fr

· Nadine Richez-Battesti : nadine.richez-battesti@univ-amu.fr

Le Pôle projets et réseaux stratégiques de la Direction des Relations Internationales :

· Marie Matsuhara : marie.matsuhara@univ-amu.fr

Site du projet :

Le projet de recherche bureau des paysages en mouvements, créé par l’ESADTPM et cofinancé par l’Université de Toulon, organise deux journées d’études les 18 et 19 novembre réunissant les chercheurs du projet consacré à la place et l’évolution du paysage contemporain, croisant les points de vue artistique et scientifique.

Anne GAGNEBIEN, qui fait également partie du projet, sera présente aux deux journées et interviendra jeudi 18 novembre après-midi avec une communication intitulée « métropolisation et nature, écologie des relations dans la cité/ Jardiner la transition«