Menu Fermer

Équipe 4

Mutations du journalisme et environnements médiatiques : organisations, acteurs et publics

L’équipe 4 a été créée au sein de l’IMSIC, en 2018. Elle répond à la volonté et au projet de développer et structurer, en étroite relation avec les ressources humaines, cognitives et l’expérience de l’École de journalisme et de communication d’Aix-Marseille (EJCAM – AMU), des travaux de recherche qui s’inscrivent dans le paysage national et international de la recherche en journalisme (journalism studies). Les pratiques journalistiques sont inséparables des dispositifs organisationnels et sociaux au sein desquels elles s’accomplissent (processus de production, d’organisation, de coordination de l’activité des journalistes). En déplaçant la focale à un niveau plus large, dans le contexte actuel d’hybridation des formats et de convergence des médias, des acteurs de l’internet et des télécommunications, ces pratiques sont en outre de plus en plus liées à l’évolution des environnements médiatiques et numériques et de l’entreprise de presse. Cet écosystème-là s’interface par ailleurs avec l’environnement social lato sensu. Alors que le statut de l’information est, sinon décrié, au moins contesté dans les espaces numériques où dominent les logiques de plateformes (relativisme informationnel, succès des « fake news », importance des « opinions » et déclin relatif de l’exigence de rationalité), les rôles du journalisme doivent alors être ré-évalués et repensés dans une perspective politique. Cette articulation entre journalism studies et enjeux politiques de l’information est cœur des travaux de recherche de l’équipe et l’inscrit pleinement en SIC, le journalisme étant conçu comme une pratique info-communicationnelle.

Membres

  • Coordination : Alexandre Joux, Pauline Amiel
  • Titulaires : Marc Bassoni, Stéphane Cabrolié, Virginie Sonet, Benoit D’Aiguillon, Stéphanie Lukasik
  • Émérite : Jean-Baptiste Lesourd
  • Associés : Karen Nuvoli
  • Doctorants : Alexia Cappuccio, Nina Barbaroux Pagonis, Sohaila Erfani,

Méthodologies

En interrogeant les mutations du journalisme avec les outils théoriques des SIC et la mobilisation d’outils issus d’autres sciences humaines et sociales, l’objectif de cette équipe est d’étudier un champ d’activité en constante évolution et les enjeux politiques du journalisme dans un jeu complexe de relations qui impliquent :

  1. les entreprises de presse, avec leurs logiques économiques voire commerciales, et de plus en plus les médias et les acteurs de l’internet (intermédiaires de services, opérateurs) dans des logiques nouvelles de convergence et de diversification des recettes (amarrage à des domaines non informationnels tels que le divertissement et l’événementiel). L’équipe dispose de ce fait d’une solide expertise en socio-économie des médias ;
  2. les acteurs, au sein de l’entreprise (journalistes, managers, propriétaires) et, à travers eux, la communication normative sur le journalisme (représentants des salariés et de « la profession », syndicats, médiateurs, comités d’éthique, think tanks, commissions, etc.). S’ajoutent des profils nouveaux de journalistes, dont la pratique s’inscrit sur les marges ou aux frontières des activités considérées comme relevant du cœur de métier, donnant naissance à des reformulations du journalisme dans sa dimension professionnelle, éthique mais aussi épistémologique (data journalism, mobile journalism, market-driven journalism, data analyst, social media manager, journalisme de communication, journalisme citoyen ou participatif, journalisme de solutions, etc.) ;
  3. les publics en tant que destinataires de l’information, comprise ici tout à la fois dans sa dimension commerciale (rapport entre ligne éditoriale et demande – lecteurs comme annonceurs) et dans sa dimension sociale et politique. Certains sites comme celui du Guardian en ont fait un axe central de leur développement en misant sur l’open journalism ;
  4. les interrelations entre organisations de presse, acteurs et publics d’une part et, d’autre part, les autres environnements : institutions, cultures, normes et conventions diverses ;
  5. une approche du journalisme saisi à l’aune des « fake news » qui traite du statut de l’information d’actualité, de sa prétention épistémologique et des enjeux normatifs qui lui sont liés dans un contexte de « désordre informationnel ».

Le pluralisme méthodologique est privilégié dans l’analyse des mutations du journalisme et des environnements médiatiques, en mobilisant, notamment et à la fois, des enquêtes empiriques quantitatives et qualitatives (méthode compréhensive, observation participante ou silencieuse, approches ethnographiques…), des analyses de discours, de contenus (écritures, formats, récits, représentations…) et des monographies économiques. La comparaison internationale des pratiques et représentations du journalisme est aussi mobilisée afin de contextualiser et de problématiser les enjeux qui sont ceux des producteurs de l’information d’actualité.

Collaborations

  • CEJER (Présidence, Stéphane Cabrolié, MCF EJCAM)
  • Université Antonine (Liban : Joseph Moukarzel, directeur du centre de recherche sur le journalisme) : accord de partenariat pédagogique et de recherche en cours / porteur Alexandre Joux, EJCAM-IMSIC)
  • Échanges inter-laboratoires via le Réseau Transméditerranéen de recherche en communication (RTRC) (membres du bureau pour l’EJCAM : Benoît d’Aiguillon et Alexandre Joux)
  • Hermès – CNRS (comité éditorial)
  • Thèse en cotutelle avec l’Université de Rome – La Sapienza
  • Les Cahiers du Journalisme (comité éditorial)
  • La revue européenne des médias et du journalisme (comité éditorial)

Projets

  • Journalistic Role Performance (JRP, équipe française coordonnée par l’équipe 4 de l’IMSIC réunissant quatre laboratoires et participant à un projet international regroupant des chercheurs de 31 pays). Projet financé et soutenu par AMIDEX (initiative d’excellence d’Aix Marseille Université).
  • Volet « journalisme et médiation scientifique » au sein de l’Observatoire des publics et des pratiques de la culture d’Aix Marseille Université. Projet financé par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.
  • Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM). Enquête sur les représentations de la déontologie journalistique, partenariat IMSIC/CDJM.
  • Les Rencontres Connaissance du territoire, projet de valorisation scientifique co-porté IMSIC/EJCAM, en partenariat avec la Région Sud et l’INSEE. Financement Région Sud (depuis 2018).
  • Projets finalisés depuis 2018 : ANR Pil (Pluralisme de l’information en ligne) et REACOM (avec le rectorat de Nice et la DANE)
  • Projet pédagogique et de recherche sur la sensibilisation des collégiens et lycéens aux risques des « fake news ». En partenariat avec le Rectorat de NICE, DANE.

Orientations

Parmi ses objectifs, l’équipe 4 ambitionne d’approfondir son expertise sur les enjeux politiques de l’information et du journalisme comme pratique info-communicationnelle en s’appuyant notamment sur plusieurs terrains de recherche : les journalistes scientifiques comme espace professionnel original pour penser l’épistémologie du journalisme ; la comparaison des cultures journalistiques pour penser les représentations des rôles journalistiques d’une part, des liens entre journalisme et démocratie d’autre part, notamment dans l’espace méditerranéen (en partenariat avec le RTRC) ; enfin, dans une approche plus centrée sur l’environnement socio-économique, une réflexion sur les modèles économiques de l’information et la notion d’indépendance pour les médias d’information et pour les journalistes.