Archives de catégorie Thèse

Benjamin NOURY

Benjamin NOURY,

doctorant au laboratoire IMSIC soutiendra sa thèse de doctorat, sous la direction de Céline PASCUAL ESPUNY, professeure des universités à Aix -Marseille Université,  et de Nils FERRAND, chercheur à l’UMR G-EAU INRAE , intitulée :

Acceptabilité sociale et communication participative. Le cas de la réutilisation des eaux usées traitées dans le Luberon

La soutenance aura lieu le lundi 12 juillet 2021 à 14h, à l’IUT d’Aix-en-Provence (salle A020).

Le jury est composé de :

  • Nicole D’ALMEIDA, professeure des universités au CELSA, Université Paris-Sorbonne | Rapporteur
  • Rémi BARBIER, professeur des universités à l’ENGEES, Université de Strasbourg | Rapporteur
  • François ALLARD-HUVER, maître de conférences au CREM, Université de Lorraine | Examinateur
  • Nicolas ROCHE, professeur des universités au CEREGE, Aix-Marseille Université | Examinateur
  • Céline PASCUAL ESPUNY, professeure des universités à l’IMSIC,  Aix-Marseille Université | Directrice de thèse
  • Nils FERRAND, chercheur à l’UMR G-EAU, INRAE | Co-directeur de thèse
  • Jacques BERAUD, chef de projet senior DET, SCP | Invité

Résumé

Dans le contexte actuel de changement climatique, les ressources en eau en France sont soumises à une forte pression. Les évènements extrêmes s’intensifient avec davantage de catastrophes naturelles liées à l’eau et des sécheresses plus fréquentes. La réutilisation des eaux usées traitées (REUT) est une des solutions mise en avant par l’Etat français pour lutter localement contre le manque d’eau. Cette pratique est encore peu développée et son acceptabilité sociale inquiète.

Adossée au projet Read’Apt, cette thèse Cifre est financée en partie par l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et co-encadrée par la SCP, IMSIC et INRAE. Elle s’intéresse à l’intégration d’un objet technique, la REUT, au sein d’un territoire sujet à une aridité chronique, le Luberon. L’acceptabilité sociale est au cœur de ce travail doctoral qui décortique cette notion « embarrassante » avant de la mobiliser, non pas comme un but à atteindre, mais comme un principe de co-construction.

Ce travail propose une analyse détaillée de la réception sociale de la REUT. L’originalité de cette recherche-action est d’aborder également un schéma communicationnel bidirectionnel au sein d’espaces de médiation. Des dispositifs de communication participative ont été conçus dans la perspective d’une transformation conjointe de l’objet technique et de l’usager. Une méthodologie mixte basée sur des enquêtes, entretiens, ateliers et sessions de jeux sérieux a été déployée. Les résultats obtenus posent des premiers jalons pour envisager l’association des termes de participation et acceptabilité dans le champ de la communication environnementale.

Rose Mama DIOUF

Rose Mama DIOUF,

doctorante au laboratoire IMSIC soutiendra sa thèse de doctorat, sous la direction de  Didier COURBET, professeur des universités à Aix -Marseille Université,  et de Bado NDOYE, professeur des universités à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (thèse en co-tutelle internationale), intitulée :

Enjeux éthiques de l’usage des réseaux sociaux numériques par les jeunes : étude comparative entre des sénégalais et des français

La soutenance aura lieu le vendredi 25 juin 2021 à 14h, en distanciel. Merci de demander le lien de connexion à la doctorante pour accéder à la soutenance :  rosemamadiouf@yahoo.fr  rrosemamadiouf@gmaill.com

Le jury est composé de :

  • Vincent MEYER, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Nice | Rapporteur
  • Georges ZONGO, Professeur titulaire en Philosophie, Université Joseph Ki-Zerbo (Burkina Faso) | Rapporteur
  • Fatima DOUMBIA, Maître de conférences en Philosophie, Université Félix Houphouët-Boigny  (Côte d’Ivoire) | Examinatrice
  • Pascal LARDELLIER, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université de Bourgogne | Examinateur
  • Didier COURBET, Professeur des universités en Sciences de l’Information et de la Communication,  Aix-Marseille Université | Directeur de thèse
  • Bado NDOYE, Professeur assimilé en Philosophie, Université Cheikh Anta Diop, Université de Dakar (Sénégal) | Co-directeur de thèse

Résumé

Les plateformes du web 2.0 révolutionnent nos vies et nos sociétés. En constante expansion, elles bouleversent le rapport à soi et à autrui, à la socialisation, au temps, à l’espace…Par ailleurs, leur essor et les différentes possibilités dont ils sont porteurs suscitent de multiples et divers questionnements. Dans notre recherche, nous nous interrogeons sur les enjeux éthiques de l’usage des réseaux sociaux numériques par les jeunes. Autrement dit, qu’est-ce qui, d’un point de vue éthique, se joue dans la quête et la construction de l’identité en ligne, quelles sont les implications et les problématiques liées aux pratiques, représentations et comportements mais aussi en lien avec les nouvelles citoyennetés en ligne ?

Cette thèse propose une étude interdisciplinaire au carrefour des sciences de l’information et de la communication et de la philosophie. Dans une perspective épistémologique herméneutique, nous avons opté pour une méthodologie plurielle qui après une synthèse critique de littérature met en œuvre une étude empirique qualitative et aboutit à une réflexion critique et une mise en perspective philosophique sur les résultats de l’enquête. Cette dernière a consisté à mener des entretiens semi-directifs avec trente sénégalais et trente français âgés de dix-huit à vingt et un an puis, entre autres, à comparer les résultats des deux populations de cutures différentes. 

Ce travail étudie notamment le lien qui existe entre la présence numérique du socionaute et son appartenance culturelle. Ensuite, il fait ressortir les différences et similitudes des questions soulevées selon les deux cultures et en fonction de paramètres socio-économiques. Enfin, il met en exergue la nécessité d’une pensée éthique dans le domaine des usages du numérique par les jeunes. Nous discutons les résultats de l’étude empirique à la lumière de théories philosophiques sur l’identité et l’éthique de la communication et de la responsabilité. Enfin, nous suggérons la mise en place d’une instance publique au Sénégal chargé de questionner l’éthique des usages d’internet par les plus jeunes.

Stéphanie LUKASIK

Stéphanie LUKASIK,

doctorante au laboratoire IMSIC, soutiendra sa thèse de doctorat sous la direction de Mr Marc BASSONI maître de conférence HDR à Aix -Marseille Université, intitulée :

La reformulation de la figure du leader d'opinion au prisme de la réception de l'information des jeunes adultes via les réseaux socionumériques

La soutenance aura lieu le jeudi 11 février 2021 à 09h.

La soutenance est publique mais se fera en visioconférence exclusivement.

Le jury est composé de :

  • Nicolas Pélissier, Professeur à l’Université Côte d’Azur-Nice Sophia Antipolis (Président du jury),
  • Anne Cordier, Maître de conférences (HDR) à l’Université de Rouen (Rapporteuse),
  • Nathalie Pignard-Cheynel, Professeur à l’Université de Neuchâtel, Suisse (Rapporteuse),
  • Jean-Claude Domenget, Maître de conférences (HDR) à l’Université Bourgogne Franche-Comté (Examinateur),
  • Céline Pascual-Espuny, Professeur à Aix-Marseille Université (Examinatrice)
  • Marc Bassoni, Maître de conférences (HDR) à Aix-Marseille Université (Directeur de thèse).

Résumé de la thèse :

Les réseaux socionumériques ont partie liée avec l’activité de l’usager-récepteur théorisée par l’école de Columbia. Dans leur modèle de la communication à deux étages, les chercheurs de Columbia avaient pour objet les réseaux sociaux non numérisés. Le lien entre système médiatique et système social qu’avait anticipé l’école de Columbia semble d’autant plus d’actualité avec la prise d’informations via les réseaux socionumériques. Désormais, les médias doivent compter avec les réseaux socionumériques et par conséquent avec les usagers-récepteurs. Par son partage d’information, chaque usager-récepteur peut devenir leader d’opinion à court terme en influençant ses groupes secondaires et en suscitant des gratifications. L’acte ponctuel de partage concrétise ce nouveau filtrage qui symbolise le passage au deuxième étage de la communication. Le partage est ainsi la réification conjoncturelle de l’influence personnelle qui transforme l’usager-récepteur en leader d’opinion. Dans ce modèle de l’usager-récepteur 2.0 du nouvel écosystème médiatico-socionumérique, les leaders d’opinion 2.0 sont assimilables à des partageurs d’opinion. Les usagers-récepteurs 2.0 ne sont plus seulement influencés par les discussions animées par des leaders d’opinion au sein des groupes auxquels ils appartiennent, mais ils sont également influencés dès leur prise d’information sur les réseaux socionumériques par le filtrage opéré par ces mêmes leaders d’opinion 2.0. En mobilisant une littérature scientifique européenne et nord-américaine, nous souhaitons montrer la pertinence d’un cadre théorique canonique pour l’analyse des usages et pratiques des réseaux socionumériques au prisme de la réception de l’information des jeunes adultes. Le but de notre démarche est de relier l’information (qui est diffusée par les médias) à la communication de l’information (par les usagers-récepteurs). En vue de comprendre les situations d’influence d’opinion à l’œuvre dans les activités de circulation et de réception, les processus de filtre de l’information seront étudiés en reprenant les éléments structurants du modèle proposé par l’école de Columbia ; dans ce modèle, ce sont les leaders d’opinion qui sont les véritables relais et filtres de l’information. Notre démarche, tant sur le plan théorique que sur le plan méthodologique, consiste en un retour à la littérature originelle de l’école de Columbia. En accord avec cette même littérature, nous ambitionnons de déployer une analyse sociale empirique imprégnée de méthodologie à la fois quantitative et qualitative. Nous nous intéressons à ce que les «vrais gens de la vie quotidienne» choisissent et font des médias sur les réseaux socionumériques, à l’instar de l’école de Columbia qui s’intéressait au choix des gens et notamment à ce que les gens faisaient des médias traditionnels. L’objectif de cette recherche est de transposer ce modèle de Columbia au contexte des réseaux socionumériques afin de l’actualiser et de redéfinir, en son sein, la notion de leader d’opinion dont l’acception a été altérée. Notre apport est donc celui d’une analyse sociale de la communication humaine de l’information via les réseaux socionumériques en sciences humaines et sociales.

Frédérique SUSSFELD

Frédérique SUSSFELD,

doctorante au laboratoire IMSIC, soutiendra sa thèse de doctorat sous la direction de Mme Céline PASCUAL ESPUNY, professeure des universités à Aix -Marseille Université, intitulée :

Entre expériences, récits et actions, la communication du mouvement de la transition écologique traduit-elle un changement d’heuristique ?

La soutenance aura lieu le vendredi 29 janvier 2021 à 14h, à l’IUT d’Aix-en-provence, salle A020.

La soutenance est publique mais des dispositions sanitaires limitent le nombre de places pour le public à dix personnes. Vous pouvez également visionner la soutenance en visioconférence à partir du lien ZOOM. Il faut demander les accès à la doctorante.

Le jury est composé de :

  • Anne BEYAERT GESLIN – Rapporteure
    Marieke STEIN – Rapporteure
  • Françoise BERNARD – Examinatrice
  • Michel DURAMPART – Examinateur
  • Béatrice JALENQUES VIGOUROUX – Examinatrice
  • Céline PASCUAL ESPUNY- Directrice de thèse

Résumé de la thèse :

La transition écologique investit le champ de la communication environnementale en mobilisant deux phénomènes communicationnels distincts, le film documentaire et des initiatives citoyennes de transition révélant certaines attitudes, renouvelant une interconnexion de notre tradition avec le vivant. En ouvrant à un élargissement de la compréhension du fonctionnement des espèces, la transition écologique inspirée de la permaculture   permettrait un autre rapport à l’autre (humain ou non-humain) basé sur les notions d’entraide et d’appartenance.

En communication, les acteurs du mouvement de la transition se focaliseraient sur le présent, sur ce qui est en train de se faire localement dans de nombreux pays, favorisant la créativité des acteurs selon leurs compétences et assurant que les actions quotidiennes fabriqueraient le monde de demain. Développé par des individus montés en capacité sur les questions environnementales, inclusif, ce mouvement culturel s’appuierait sur différents formats de « récits » en mobilisant le récit ordinaire, les connaissances scientifiques, les savoirs experts composant une communication emprunte de factuel, d’esthétisme et d’expériences sensibles.

A partir d’une étude de films qui ont marqué un tournant dans le champ du film documentaire écologique et de l’observation de la création d’un projet de transition sous l’approche de la permaculture, la recherche conduite en SIC selon une méthode inductive priorise l’étude des procédés mis en place par les acteurs ainsi que les processus discursifs narratifs engagés permettant l’étude des échanges interpersonnels, intergroupes où les notions de culture, de performativité et d’acculturation sont mobilisées par les acteurs dans leur vie quotidienne.

Dans un contexte où les thématiques de la peur, de la catastrophe, de l’angoisse sont présentes autour de la communication environnementale, la communication du mouvement de la transition écologique traduirait-elle un changement d’heuristique ? 

 

Jeannette BASSENE

Madame Jeannette BASSENE

doctorante au laboratoire « Institut méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication » (IMSIC), rattachée à l’école doctorale 509  « sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de Jean-Max Noyer, professeur des universités émérite à l’université de Toulon,

soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, sur le thème suivant :

« Les transformations dans les communautés religieuses africaines à l’heure d’internet.

Le cas de la Congrégation des Filles du Saint Coeur de Marie du Sénégal »

le lundi 18 janvier 2021 à 15h00 à l’université de Toulon, campus Porte d’Italie, bâtiment BAOU, salle BA 710

 Pour le public, cela se fera par visio-conférence dont le lien de connexion est accessible sur demande auprès de la doctorante concernée                (jeannette-bassene@etud.univ-tln.fr). Le nombre de connexion sera limité

Composition du jury :

Monsieur David DOUYERE, professeur des universités à l’université de Tours, (rapporteur)

Monsieur Nicolas PELISSIER, professeur des univeristés à l’université Sophia Nice Antipolis, (rapporteur)

Madame Sylvie PARRINI, professeure des universités au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris, (suffragant)

Monsieur Franck RENUCCI, maitre de conférences HDR à l’université de Toulon, (suffragant)

Monsieur Jean-Max NOYER, professeur émérite à l’université de Toulon, (directeur de thèse)

 

Résumé :

Les nouveaux modes de propagation des puissances psychiques et la différenciation des grands récits politiques religieux, les nouvelles conditions de production, transmission des savoirs sont autant de forces qui affectent l’église catholique, son institution, les modes d’incarnation de la foi, la vie religieuse…. Nous, avons donc concentré notre attention sur la manière dont les communautés religieuses (africaines) sont affectées, par cette extension sans précédent, de la noosphère. Notre recherche vise donc à mettre en évidence les transformations qui s’observent dans les communautés religieuses africaines à l’heure d’internet et de l’élargissement des territoires existentiels de ces dernières. Internet a favorisé en effet un processus d’élargissement radical de l’espace communautaire chez les soeurs. Comment être dans le monde, dès lors que ce monde est travaillé par des mutations anthropotechniques, biopolitiques, urbaines et agricoles inédites, à la montée de grandes crises écologiques est complexe. Enfin la montée de narrations religieuses ou pas rivales, tantôt archaïques tantôt futuristes ? Ainsi notre étude montre comment l’usage du cybermonde affecte le comportement et la pensée des soeurs ; comment, dans ces nouveaux territoires la Foi insiste et persiste et comment l’éternelle question médiologique ne cesse de se creuser. Faire apparaître ces nouveaux milieux dans leur pleine et entière positivité où il est aussi possible de vivre l’intériorité, de se construire ou d’annoncer l’Evangile au monde, de vivre sa foi a donc été pour nous parfois difficile.

Abstract :

The new modes of propagation of psychic powers and the differentiation of the great religious political narratives, the new conditions of production and transmission of knowledge are all forces which affect the Catholic Church, its institution, the modes of incarnation of, the religious life …. We have therefore focused our attention on the way in which (African) religious communities are affected by this unprecedented extension of the noosphere. How speaking (and the associated communicational and informational pragmatics) is worked on within the framework of these religious communities. And this within the framework of a broad approach to the religious situation. Our research therefore aims to highlight the transformations that are observed in African religious communities in the age of the Internet and the expansion of the latter’s existential territories. We analyze the changes taking place in African religious communities by relying on the Congregation “Daughters of the Holy Heart of Mary in Senegal.” The Internet has indeed fostered a process of radical enlargement of community space among the nuns. How to be in the world, since this world is affected by unprecedented anthropotechnical, biopolitical, urban and agricultural mutations, and by the rise of great ecological crises. Finally, the rise of religious narratives or not, rival narratives, sometimes archaic sometimes futuristic? Thus, our study shows how the use of the cyberworld affects the the sisters’ behavior and thought; how, in these new territories, Faith insists and persists and how the eternal mediological question continues to deepen. Make these new environments in 2 their full positivity where it is also possible to live interiority, to build or to proclaim the Gospel to the world, to live ons’s faith was therefore difficult for us sometimes.