Archives de catégorie Thèse

Stéphanie LUKASIK

Stéphanie LUKASIK,

doctorante au laboratoire IMSIC, soutiendra sa thèse de doctorat sous la direction de Mr Marc BASSONI maître de conférence HDR à Aix -Marseille Université, intitulée :

La reformulation de la figure du leader d'opinion au prisme de la réception de l'information des jeunes adultes via les réseaux socionumériques

La soutenance aura lieu le jeudi 11 février 2021 à 09h.

La soutenance est publique mais se fera en visioconférence exclusivement.

Le jury est composé de :

  • Nicolas Pélissier, Professeur à l’Université Côte d’Azur-Nice Sophia Antipolis (Président du jury),
  • Anne Cordier, Maître de conférences (HDR) à l’Université de Rouen (Rapporteuse),
  • Nathalie Pignard-Cheynel, Professeur à l’Université de Neuchâtel, Suisse (Rapporteuse),
  • Jean-Claude Domenget, Maître de conférences (HDR) à l’Université Bourgogne Franche-Comté (Examinateur),
  • Céline Pascual-Espuny, Professeur à Aix-Marseille Université (Examinatrice)
  • Marc Bassoni, Maître de conférences (HDR) à Aix-Marseille Université (Directeur de thèse).

Résumé de la thèse :

Les réseaux socionumériques ont partie liée avec l’activité de l’usager-récepteur théorisée par l’école de Columbia. Dans leur modèle de la communication à deux étages, les chercheurs de Columbia avaient pour objet les réseaux sociaux non numérisés. Le lien entre système médiatique et système social qu’avait anticipé l’école de Columbia semble d’autant plus d’actualité avec la prise d’informations via les réseaux socionumériques. Désormais, les médias doivent compter avec les réseaux socionumériques et par conséquent avec les usagers-récepteurs. Par son partage d’information, chaque usager-récepteur peut devenir leader d’opinion à court terme en influençant ses groupes secondaires et en suscitant des gratifications. L’acte ponctuel de partage concrétise ce nouveau filtrage qui symbolise le passage au deuxième étage de la communication. Le partage est ainsi la réification conjoncturelle de l’influence personnelle qui transforme l’usager-récepteur en leader d’opinion. Dans ce modèle de l’usager-récepteur 2.0 du nouvel écosystème médiatico-socionumérique, les leaders d’opinion 2.0 sont assimilables à des partageurs d’opinion. Les usagers-récepteurs 2.0 ne sont plus seulement influencés par les discussions animées par des leaders d’opinion au sein des groupes auxquels ils appartiennent, mais ils sont également influencés dès leur prise d’information sur les réseaux socionumériques par le filtrage opéré par ces mêmes leaders d’opinion 2.0. En mobilisant une littérature scientifique européenne et nord-américaine, nous souhaitons montrer la pertinence d’un cadre théorique canonique pour l’analyse des usages et pratiques des réseaux socionumériques au prisme de la réception de l’information des jeunes adultes. Le but de notre démarche est de relier l’information (qui est diffusée par les médias) à la communication de l’information (par les usagers-récepteurs). En vue de comprendre les situations d’influence d’opinion à l’œuvre dans les activités de circulation et de réception, les processus de filtre de l’information seront étudiés en reprenant les éléments structurants du modèle proposé par l’école de Columbia ; dans ce modèle, ce sont les leaders d’opinion qui sont les véritables relais et filtres de l’information. Notre démarche, tant sur le plan théorique que sur le plan méthodologique, consiste en un retour à la littérature originelle de l’école de Columbia. En accord avec cette même littérature, nous ambitionnons de déployer une analyse sociale empirique imprégnée de méthodologie à la fois quantitative et qualitative. Nous nous intéressons à ce que les «vrais gens de la vie quotidienne» choisissent et font des médias sur les réseaux socionumériques, à l’instar de l’école de Columbia qui s’intéressait au choix des gens et notamment à ce que les gens faisaient des médias traditionnels. L’objectif de cette recherche est de transposer ce modèle de Columbia au contexte des réseaux socionumériques afin de l’actualiser et de redéfinir, en son sein, la notion de leader d’opinion dont l’acception a été altérée. Notre apport est donc celui d’une analyse sociale de la communication humaine de l’information via les réseaux socionumériques en sciences humaines et sociales.

Frédérique SUSSFELD

Frédérique SUSSFELD,

doctorante au laboratoire IMSIC, soutiendra sa thèse de doctorat sous la direction de Mme Céline PASCUAL ESPUNY, professeure des universités à Aix -Marseille Université, intitulée :

Entre expériences, récits et actions, la communication du mouvement de la transition écologique traduit-elle un changement d’heuristique ?

La soutenance aura lieu le vendredi 29 janvier 2021 à 14h, à l’IUT d’Aix-en-provence, salle A020.

La soutenance est publique mais des dispositions sanitaires limitent le nombre de places pour le public à dix personnes. Vous pouvez également visionner la soutenance en visioconférence à partir du lien ZOOM. Il faut demander les accès à la doctorante.

Le jury est composé de :

  • Anne BEYAERT GESLIN – Rapporteure
    Marieke STEIN – Rapporteure
  • Françoise BERNARD – Examinatrice
  • Michel DURAMPART – Examinateur
  • Béatrice JALENQUES VIGOUROUX – Examinatrice
  • Céline PASCUAL ESPUNY- Directrice de thèse

Résumé de la thèse :

La transition écologique investit le champ de la communication environnementale en mobilisant deux phénomènes communicationnels distincts, le film documentaire et des initiatives citoyennes de transition révélant certaines attitudes, renouvelant une interconnexion de notre tradition avec le vivant. En ouvrant à un élargissement de la compréhension du fonctionnement des espèces, la transition écologique inspirée de la permaculture   permettrait un autre rapport à l’autre (humain ou non-humain) basé sur les notions d’entraide et d’appartenance.

En communication, les acteurs du mouvement de la transition se focaliseraient sur le présent, sur ce qui est en train de se faire localement dans de nombreux pays, favorisant la créativité des acteurs selon leurs compétences et assurant que les actions quotidiennes fabriqueraient le monde de demain. Développé par des individus montés en capacité sur les questions environnementales, inclusif, ce mouvement culturel s’appuierait sur différents formats de « récits » en mobilisant le récit ordinaire, les connaissances scientifiques, les savoirs experts composant une communication emprunte de factuel, d’esthétisme et d’expériences sensibles.

A partir d’une étude de films qui ont marqué un tournant dans le champ du film documentaire écologique et de l’observation de la création d’un projet de transition sous l’approche de la permaculture, la recherche conduite en SIC selon une méthode inductive priorise l’étude des procédés mis en place par les acteurs ainsi que les processus discursifs narratifs engagés permettant l’étude des échanges interpersonnels, intergroupes où les notions de culture, de performativité et d’acculturation sont mobilisées par les acteurs dans leur vie quotidienne.

Dans un contexte où les thématiques de la peur, de la catastrophe, de l’angoisse sont présentes autour de la communication environnementale, la communication du mouvement de la transition écologique traduirait-elle un changement d’heuristique ? 

 

Jeannette BASSENE

Madame Jeannette BASSENE

doctorante au laboratoire « Institut méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication » (IMSIC), rattachée à l’école doctorale 509  « sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de Jean-Max Noyer, professeur des universités émérite à l’université de Toulon,

soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, sur le thème suivant :

« Les transformations dans les communautés religieuses africaines à l’heure d’internet.

Le cas de la Congrégation des Filles du Saint Coeur de Marie du Sénégal »

le lundi 18 janvier 2021 à 15h00 à l’université de Toulon, campus Porte d’Italie, bâtiment BAOU, salle BA 710

 Pour le public, cela se fera par visio-conférence dont le lien de connexion est accessible sur demande auprès de la doctorante concernée                (jeannette-bassene@etud.univ-tln.fr). Le nombre de connexion sera limité

Composition du jury :

Monsieur David DOUYERE, professeur des universités à l’université de Tours, (rapporteur)

Monsieur Nicolas PELISSIER, professeur des univeristés à l’université Sophia Nice Antipolis, (rapporteur)

Madame Sylvie PARRINI, professeure des universités au Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris, (suffragant)

Monsieur Franck RENUCCI, maitre de conférences HDR à l’université de Toulon, (suffragant)

Monsieur Jean-Max NOYER, professeur émérite à l’université de Toulon, (directeur de thèse)

 

Résumé :

Les nouveaux modes de propagation des puissances psychiques et la différenciation des grands récits politiques religieux, les nouvelles conditions de production, transmission des savoirs sont autant de forces qui affectent l’église catholique, son institution, les modes d’incarnation de la foi, la vie religieuse…. Nous, avons donc concentré notre attention sur la manière dont les communautés religieuses (africaines) sont affectées, par cette extension sans précédent, de la noosphère. Notre recherche vise donc à mettre en évidence les transformations qui s’observent dans les communautés religieuses africaines à l’heure d’internet et de l’élargissement des territoires existentiels de ces dernières. Internet a favorisé en effet un processus d’élargissement radical de l’espace communautaire chez les soeurs. Comment être dans le monde, dès lors que ce monde est travaillé par des mutations anthropotechniques, biopolitiques, urbaines et agricoles inédites, à la montée de grandes crises écologiques est complexe. Enfin la montée de narrations religieuses ou pas rivales, tantôt archaïques tantôt futuristes ? Ainsi notre étude montre comment l’usage du cybermonde affecte le comportement et la pensée des soeurs ; comment, dans ces nouveaux territoires la Foi insiste et persiste et comment l’éternelle question médiologique ne cesse de se creuser. Faire apparaître ces nouveaux milieux dans leur pleine et entière positivité où il est aussi possible de vivre l’intériorité, de se construire ou d’annoncer l’Evangile au monde, de vivre sa foi a donc été pour nous parfois difficile.

Abstract :

The new modes of propagation of psychic powers and the differentiation of the great religious political narratives, the new conditions of production and transmission of knowledge are all forces which affect the Catholic Church, its institution, the modes of incarnation of, the religious life …. We have therefore focused our attention on the way in which (African) religious communities are affected by this unprecedented extension of the noosphere. How speaking (and the associated communicational and informational pragmatics) is worked on within the framework of these religious communities. And this within the framework of a broad approach to the religious situation. Our research therefore aims to highlight the transformations that are observed in African religious communities in the age of the Internet and the expansion of the latter’s existential territories. We analyze the changes taking place in African religious communities by relying on the Congregation “Daughters of the Holy Heart of Mary in Senegal.” The Internet has indeed fostered a process of radical enlargement of community space among the nuns. How to be in the world, since this world is affected by unprecedented anthropotechnical, biopolitical, urban and agricultural mutations, and by the rise of great ecological crises. Finally, the rise of religious narratives or not, rival narratives, sometimes archaic sometimes futuristic? Thus, our study shows how the use of the cyberworld affects the the sisters’ behavior and thought; how, in these new territories, Faith insists and persists and how the eternal mediological question continues to deepen. Make these new environments in 2 their full positivity where it is also possible to live interiority, to build or to proclaim the Gospel to the world, to live ons’s faith was therefore difficult for us sometimes.

 

Nezha CHERRABI EL ALAOUI

Madame Nezha CHERRABI EL ALAOUI

doctorante au laboratoire « Institut méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication » (IMSIC), rattachée à l’école doctorale 509  « sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de David Reymond, maître de conférences-HDR et Jean-Max Noyer, professeur des universités émérite à l’université de Toulon,

soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, sur le thème suivant :

 

« Un prisme sémantique des brevets par thésaurus interposés : positionnement, essais et applications »

le vendredi 11 décembre 2020 à 10h00 à l’université de Toulon, campus Porte d’Italie, bâtiment BAOU, salle BA 510

 Pour le public, cela se fera par visio-conférence dont le lien de connexion est accessible sur demande auprès de la doctorante concernée                (nezha-cherrabi-el-alaoui@etud.univ-tln.fr). Le nombre de connexion sera limité

Composition du jury :

Monsieur Imad Saleh, professeur des universités à l’université de Paris 8, Dépt. Hypermédia (rapporteur),

Monsieur Lamirel Jean-Charles, maître de conférences-HDR à l’IUT Robert Schuman à Strabourg, (rapporteur),

Madame Cherifa Boukacem, professeure des universités à l’université Lyon 1, Dépt. Informatique, (suffragant),

Madame Favier Laurence, professeure des universités à l’université de Lille 3, Laboratoire GERiiCo, (suffragant),

Monsieur Noyer Jean-Max, professeur des universités émérite à l’université de Toulon, (co-directeur de thèse),

Monsieur David Reymond, maître de conférences-HDR à l’université de Toulon, (directeur de thèse)

Résumé :

Nous vivons dans une société caractérisée par une obésité des données non raffinées disponibles dans différentes bases de données. Un écosystème où règne de l’information polluée qui empêche la transformation d’un nombre d’informations en connaissances productives, dans ce sens les chercheurs dans le domaine de la recherche de l’information ont toujours insisté sur l’usage de l’information pertinente.

Historiquement, la maitrise de l’information a été toujours l’enjeu de l’humanité pour conserver sa survie, à présent l’information doit être d’un degré de fiabilité suffisant pour éviter de polluer les connaissances. Le brevet est une source multidimensionnelle, source de premier plan en matière d’information.

L’analyse instrumentée des données brevets devient une nécessité et constitue, pour les entreprises, les industriels et l’État, une ressource de mesure la plus efficace de l’activité inventive, pour une approche objective.

La recherche dans les bases de données brevets est une tâche complexe pour plusieurs raisons, le nombre de brevets existants est très élevé et augmente rapidement, la recherche par mot clé ne parvient pas à des résultats satisfaisants, les grandes entreprises ont recours à des professionnels capables de faire des recherches ciblées et efficaces, ce qui n’est pas souvent le cas pour les chercheurs universitaires, étudiants et d’autres profils.

D’où la nécessité de l’intervention de la machine pour aider les experts et les non experts à mieux exploiter l’information en matière de brevets et démocratiser son usage. Ainsi, nous proposons une méthode d’accompagnement de l’usager à l’utilisation de cette documentation.

Une voie qui s’appuie sur un référentiel normalisé des principes techniques imaginés par l’homme eux-mêmes décrits par des ensembles terminologiques que nous combinons avec des outils de traitement automatique des langues (TAL) pour s’absoudre des formes rédactionnelles des brevets et pour étendre les vocabulaires associés.

Mots clés : Analyse des données, Triz, P2N, TAL, Datavisualisation, annotation sémantique, apprentissage automatique, brevets

Abstract :

We live in an information society, characterized by an explosion of data available on the web and in different databases. Researchers in the field of information stress the need for relevant information.

Information literacy has always been the challenge for humanity to maintain its survival, now information must be of a sufficient degree of reliability to avoid polluting knowledge. The patent is a multidimensional source, a leading source of information.

The instrumented analysis of patent data is becoming a necessity and constitutes, for companies, industrialists and the State, a resource for the most efficient measurement of inventive activity, for an objective approach. Searching patent databases is a complex task for several reasons, the number of existing patents is very high and increasing rapidly, keyword searches do not yield satisfactory results, large companies use professionals capable of performingtargeted and efficient searches, which is often not the case for university researchers, students and other profiles.

Hence the need for the machine to help experts and non-experts alike to better exploit patent information.

Thus, we propose a method to accompany the user in the use of this documentation.

This method is based on a standardized reference system of man-made technical principles, which are themselves described by terminology sets that we combine with natural language processing (NLP) tools to dispense with the editorial forms of patents and to extend the associated vocabularies.

Keywords : data analysis, Triz, P2N, TAL, Datavisualisation, semantic annotation, machine learning, patents

Issiaka TOURE

Monsieur Issiaka TOURE

doctorant au laboratoire « Institut méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication » (IMSIC), rattaché à l’école doctorale 509  « sociétés méditerranéennes et sciences humaines »,

sous la direction de Monsieur Yann BERTACCHINI, maitre de conférences-HDR émérite à l’université de Toulon

soutiendra publiquement sa thèse en vue de l’obtention du doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, sur le thème suivant :

« Les radios communautaires locales au Mali, levier d’intelligence territoriale et vecteurs de concertation : études et recherche d’éléments d’un dispositif sociotechnique communicant »

Jeudi 10 décembre 2020 à 14h30 par visioconférence

 Le lien de connexion est accessible sur demande auprès du doctorant (issiaka-toure@etud.univ-tln.fr). Le nombre de connexion sera limité

Composition du jury :

Monsieur Nicolas Moinet, professeur des universités à l’université de Poitiers, (rapporteur),

Monsieur Bruno Raoul, professeur des universités à l’université de Lille, (rapporteur),

Monsieur Paul Rasse, professeur des universités à l’université de Nice (suffragant),

Monsieur Yann Bertacchini, maitre de conférences-HDR émérite à l’université de Toulon, (directeur de thèse)

Résumé 

De 1968 jusque dans les années 1990, le Mali vivait sous un régime militaire dictatorial et monopartite. Celui-ci gouvernait sans état d’âme, aucune compassion pour son peuple, privé de droit d’accès à l’information et à la communication. L’Etat à lui seul monopolisait les affaires et décidait de tout en lieu et place des gouvernés sans que leur avis ne soit demandé. Ne disposant pas de modèle de développement propre à eux, les militaires reproduisaient les modèles venant d’ailleurs. Il s’agit du principe de développement par le haut, appelé top-down. Selon (Liotier, 2001), « on ne leurs a pas demandé d’innover à partir de leurs dynamiques internes et d’orienter le changement dans le sens de leurs systèmes de référence ».

Les décisions de l’Etat ne répondant plus aux attentes du peuple, cela avait mis dos à dos, créé un clivage entre les gouvernants et les gouvernés.

Des mouvements de contestation et de soulèvements populaires ont eu raison de ce pouvoir militaire dans les années 1990, ouvrant ainsi la voie à la démocratie et à la décentralisation. Le processus ainsi instauré a exigé la refondation de l’Etat et l’accès de tous à l’information. Il fut question d’entreprendre des réformes avec la création de communes urbaines et rurales.

Ces nouvelles communes ainsi créées, à qui l’Etat, a délégué une partie du pouvoir et de compétences devraient s’autogérer en mettant en avant le principe de « penser global, agir local » de (Dubos, 1972). Cela sous-entend que tout développement devrait partir de la base et respecter le concept de bottom-up.

Ce nouveau processus exigeait la concertation et la participation de tous les acteurs aux projets de développement initiés par la base et pour la base. De ce fait, l’implication des acteurs locaux de cultures différentes appelée capital formel par (Bertacchini, 2004) devient indispensable. Cette implication en des projets communs selon (Bertacchini, 2000) suppose l’échange de l’information, d’accorder du crédit à l’information reçue et d’établir des réseaux de transfert des connaissances. Le processus d’intelligence territorial[1]qualifié de démarche d’information et de communication territoriales par  (Bertacchini, 2004) s’inscrit dans cette posture.                             

La réussite de tels projets nécessite des moyens d’information et de communication à disposition. A ce sujet, les autorités du Mali se sont appuyées sur les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication pour y arriver. Parmi cette panoplie de canaux proposés, les communautés locales ont fait le choix des radios communautaires.

Notre démarche consiste dans un premier temps à étudier ce dispositif sociotechnique communicant. Puis, dans le second temps à comprendre son influence sur le développement des collectivités territoriales du Mali.