Archives de catégorie Séminaires externes

Séminaire Science ouverte et société

Le CIS reçoit Jean-Christophe Peyssard et Taos Babour le jeudi 15 avril 2021, de 11h à 12h30. Ils parleront de l’institut français du Proche-Orient et des enjeux en archéologie et en patrimoine culturel autour de photographies déposées dans l’archive ouverte MédiHAL.

L’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) est dépositaire d’un fonds iconographique de plus 50 000 images datant du début du XXe siècle. Une grande partie de ces collections iconographiques provient notamment de la photothèque archéologique de l’Institut, qui contient des photographies aériennes et des images de nombreux monuments, sites archéologiques et objets du Liban et de Syrie. Cette collection de photographies archéologiques constitue une source unique et inestimable de documentation, tant sur l’histoire de l’archéologie proche-orientale que sur le patrimoine culturel syrien.

La plupart des supports analogiques de ces images sont conservés dans les locaux de l’Institut situés à Damas, en Syrie. En raison de la guerre et de la fermeture des locaux de l’Ifpo à Damas, ces collections ne sont plus accessibles depuis 2011. Cependant, une partie de ces collections avait été numérisée. Soutenu par l’UNESCO en 2018 et par la fondation ALIPH depuis 2019, le projet « Valorisation et redocumentarisation collaborative des images archéologiques de Syrie »  vise à archiver et protéger cette part des collections iconographiques de l’Ifpo, mais aussi à la rendre accessible à tous.

Séminaire doctoral

Le visible et l’invisible sur les plateformes

Le séminaire doctoral organisé par le laboratoire CEMTI de l’Université Paris 8, sera lancé le 16 avril 2021 et sera animé par Sophie Jehel (MCF HDR) et Sébastien Broca (MCF) dans le cadre de l’ED Sciences Sociales (ED 401).

Il y a 5 dates prévues. Les séances auront lieu le vendredi entre 9h00 et 12h00, en ligne pour les trois premières, puis à l’Université Paris 8 si le contexte sanitaire le permet. Le séminaire est ouvert à toutes et à tous sur inscription. Un lien de connexion sera envoyé la veille de chaque séance.

18ème séminaire NumeRev (En direct sur MSHSUD.TV)

Et si nous parlions de numérique universitaire ?

Jeudi 08 avril 2021 à 14h30

Bertrand MOCQUET est ingénieur Polytech en Génie électrique, professeur certifié en technologie et docteur en Sciences de l’Information et Communication, qualifié 71° section CNU. Ancien Vice-Président d’université, lauréat d’un prix ministériel de soutien à la pédagogie PEPS, il est aujourd’hui expert numérique à l’Agence de Mutualisation des Universités et Etablissements (AMUE), chercheur au MICA (Médiations, Informations, Communication, Arts) de l’université Bordeaux-Montaigne.

A travers cette conférence nous tenterons d’expliciter les dynamiques inhérentes aux mutations (des ?) numériques, en les interrogeant dans leur complexité systémique et dans une logique de compréhension par et pour les acteurs de la gouvernance numérique, ces derniers étant tantôt maître d’ouvrage, tantôt utilisateur/usager ? Néanmoins ce sera là une expérience partagée car tous les acteurs de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sont confrontés au quotidien à ces instrumentations/dispositifs/outils numériques, que nous qualifions de « numérique universitaire ».

Ce système universitaire est en pleine dynamique de changements. Un changement de cadre organisationnel, qui depuis le début du XXI° siècle, s’est ré-organisé sur des principes d’économie mondiale de la connaissance, que l’on accepte ou non, et, qui en France, a reçu des modifications réglementaires de manière régulière et successive. Mais aussi, un changement des usagers et membres, durant cette même période, qui avec l’arrivée des usages du numérique ont profondément évolué dans leur façon d’apprendre, de trouver l’information, de travailler ensemble, de dialoguer,…Système instable, obligation de mieux s’organiser, nouvelles pratiques numériques, développement de stratégie locale pour se distinguer, se différencier ou bien résister à une crise sanitaire, autant d’éléments qui nécessitent de développer une maturité numérique pour les universités et établissements au niveau de leur stratégie et de leur mise en œuvre, qui redessine finalement leur propre organisation.

Comment sont reliés les concepts de numérique et d’innovation dans les établissements de l’Enseignement supérieur ? Comment certains établissements ont adoucit l’effet « destructeur » de l’arrivée du numérique ? Quelle forme d’organisation a été mise en place pour accompagner les dispositifs numériques ? A l’heure où les réglementions tendent à développer l’autonomie de l’établissement, existe-t-il des points communs ?

Le CIS reçoit Paola Tubaro

Qui travaille derrière l’intelligence artificielle ? Enjeux éthiques et sociétaux d’une nouvelle forme de production

Le séminaire Centre Internet et Société (CIS) aura lieu le 01er avril 2021, de 14h à 15h30, en ligne.

La présentation proposée porte le regard sur le « back-office » de l’intelligence artificielle (IA), et appréhende les impacts économiques et sociétaux de celle-ci, à partir de ses conditions de production et des humains qui y participent. À l’ombre des algorithmes, on découvre des multitudes de « micro-travailleurs » et « micro-travailleuses » qui exécutent des tâches courtes et standardisées, rémunérées à la pièce pour des montants faibles, pouvant descendre jusqu’à quelques centimes. Elles consistent par exemple à enregistrer sa voix afin de fournir des exemples à des modèles de reconnaissance vocale, ou à contrôler la qualité des transcriptions effectuées automatiquement.

Cette présentation  prend appui sur les premiers résultats d’une étude en cours du micro-travail dans les pays hispanophones, marqués par la centralité de l’Espagne et en même temps, par la présence massive de micro-travailleurs et micro-travailleuses du Venezuela suite à la crise économique et politique qui touche ce pays.

Il s’agit de faire apparaître de grandes tendances et des tensions qui ouvrent sur des questions sociétales plus vastes en termes de transformations du travail, mondialisation, éthique et gouvernance du numérique.

Nous verrons que, si le marché du micro-travail pour l’IA dépasse les frontières nationales, il maintient une dimension locale et surtout, s’agence selon des lignes de division linguistiques – un aspect peu exploré dans la (toujours naissante) littérature existante, focalisée sur le monde anglophone.

Nous montrerons aussi qu’il y a des formes d’auto-organisation de la part des travailleurs, de création et de partage de connaissances, qui se définissent également selon des lignes linguistiques et qui constituent, pour ainsi dire, un marché autour d’un marché – un ensemble d’activités dérivées, mi-sociales et mi-marchandes, qui vivent autour des plateformes de micro-travail et à leur tour, les font vivre.

Pour finir, nous discuterons des enjeux éthiques du micro-travail et de leurs implications pour l’IA, allant de la « juste » rémunération aux contenus des micro-tâches et à l’opacité quant à leurs usages potentiellement malveillants.

Sociologue et économiste, Paola Tubaro est directrice de recherche au CNRS au sein du LRI (Laboratoire de recherche en informatique). Elle mène des recherches interdisciplinaires visant à éclairer des phénomènes socio-économiques complexes à l’aide de la science des données, de la simulation informatique multi-agents et de l’analyse de réseaux sociaux.

Ses recherches ont porté sur la vie privée sur internet, les communautés de santé en ligne, et plus récemment, l’économie des plateformes numériques et les transformations du travail que celles-ci entraînent. Elle s’intéresse également à l’éthique de la recherche sur les réseaux sociaux et aux nouvelles méthodologies liées aux big data. Elle enseigne la science des réseaux à l’ENS Paris-Jourdan et à l’ENSAE.

Le CIS reçoit Helena Nikonole

Le séminaire Intelligence artificielle, art et créativité aura lieu le 30 mars 2021, de 15h à 16h30, en ligne.

Artiste et chercheuse russe, Helena Nikonole mobilise l’intelligence artificielle dans ses travaux, à la fois comme instrument, mais également comme objet d’une critique sociale et politique, dans un contexte de régulation de plus en plus stricte des innovations numériques en Russie.

Dans sa présentation, Helena Nikonole partagera avec nous des extraits de ses projets artistiques et proposera trois façons d’appréhender les réseaux neuronaux dans l’art : esthétique, utopique et dystopique. La première approche est focalisée sur l’esthétique propre à l’IA, l’imaginaire qu’elle produit ; la deuxième approche explore les opportunités sans précédent offertes par cette technologie ; la troisième approche développe un regard critique sur cette technologie, notamment en dévoilant des nombreuses controverses éthiques liées à l’implémentation des pratiques créatives basées sur l’IA.