Université de Toulon

www.univ-tln.fr

Aix-Marseille Université

www.univ-amu.fr

Projet du laboratoire

L’IMSIC est une unité de recherche née de la restructuration et du rapprochement entre l’IRSIC d’AMU et I3M de l’université de Toulon. L’institut est  une unité relevant d’une double tutelle -Aix-Marseille université et université de Toulon- s’inscrivant dans le cadre plus large de l’association entre les établissements d’Aix-Marseille et de Toulon (projet de site Aix-Marseille-Toulon-Avignon, Aix-Marseille-Provence-Méditerranée : AMPM). L’orientation générale de la gouvernance de cet institut est caractérisée par une symétrie entre les deux sites, un des principes fondamentaux est de prévoir une co-direction équilibrée qui permet par ailleurs de poursuivre une logique de site à Aix-Marseille et à Toulon. En ce qui concerne le nom d’un enseignant-chercheur référent pour chaque contrat auprès des tutelles des établissements, un autre principe est affirmé, celui de changer ce nom référent une fois à Toulon, une fois à Aix-Marseille, et cela à chaque changement de contrat sans modifier la référence de tutelle auprès de l’Hceres. Pour 2017-2023 le dossier IMSIC est remonté à l’Hceres via l’Université de Toulon. Pour ce contrat, l’IMSIC est donc en co-direction : Michel Durampart (Directeur référent pour les tutelles et Directeur site Toulon) et Céline Pascual-Espuny (Directrice site AMU).

La présentation du projet scientifique de l’IMSIC est organisée en deux points. Tout d’abord un rappel du contexte et de l’historique souligne l’épaisseur des coopérations déjà à l’œuvre entre les deux unités  (IRSIC AMU et I3M Toulon) qui constituent l’IMSIC. Ensuite une présentation des trois axes définis lors de travaux collectifs rassemblant l’ensemble des enseignants-chercheurs concernés, montre le travail accompli pour structurer les projets partagés à venir. Cette structuration en trois axes  s’inscrit dans la continuité des travaux menés de part et d’autre et crée un cadre cohérent pour fédérer les ressources cognitives, scientifiques et matérielles au sein de l’IMSIC.

 

Contexte et historique

Les coopérations de recherche entre les deux unités de recherche conduisent, en 2016, au projet de mise en place de l’Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) rapprochant dans un co-laboratoire les deux équipes SIC d’Aix-Marseille et de Toulon. Ces coopérations multiples et productives ont déjà une histoire longue et dense.

Les relations entre les deux unités existent depuis de nombreuses années, elles se sont consolidées à partir de l’année 2010, année où les deux laboratoires ont décidé de renforcer leurs échanges institutionnels et scientifiques. En ce qui concerne la coopération institutionnelle, des membres de l’IRSIC en nombre représentatif participent depuis 2012 aux Comités de Suivi de Thèse du laboratoire I3M, dans le cadre de l’ED 509 (civilisations et sociétés euro-méditerranéennes et comparées) à Toulon. Les enseignants-chercheurs de l’IRSIC et d’I3M Toulon sont impliqués dans les Comités de Sélection des emplois publiés à Toulon et à Aix-Marseille Université. De la même manière, une coopération est établie dans les participations aux jurys de thèse, les deux laboratoires s’invitant régulièrement à y participer sur les deux sites. Ces activités ont favorisé des échanges et réflexions nombreux et croisés portant sur les perspectives d’avenir, avec la recherche d’une complémentarité dans les recrutements en SIC en région et la mise en réseau de ressources scientifiques communes. La coopération scientifique s’est donc également développée avec, notamment, des séminaires de recherche communs. L’IRSIC a été associé à l’organisation scientifique du congrès de la SFSIC (Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication) en juin 2014 à Toulon. Dans ce contexte, un atelier consacré aux recherches en SIC en Méditerranée a été organisé. Cette association vaut aussi pour les journées scientifiques de l’Université de Toulon depuis 2010 (dernière édition : 26 et 27 avril 2016). L’IRSIC est partie intégrante de l’organisation de l’atelier « infocom » des Doctoriades de Toulon chaque année et des doctorants d’AMU peuvent présenter leurs travaux dans ce cadre.

Les deux équipes ont œuvré conjointement en impliquant d’autres partenaires à la mise en place et à la conduite des activités du Pôle Méditerranéen sous couvert de l’ISCC-Cnrs (Institut des sciences de  la communication du CNRS) et du CNRS avec un financement à travers des fonds dédiés ISCC et d’APO PIRE CNRS (Appel à projets programmes interdisciplinaires entre 2009 et 2010). Les travaux et séminaires organisés dans le cadre de ce Pôle ont aussi  conduit la production d’un ouvrage collectif : Savoirs en action (2013), dir. Françoise Bernard IRSIC et Michel Durampart I3M Nice-Toulon (sld), édité chez CNRS Éditions. Ce pôle, coordonné par Michel Durampart entre 2009 et 2011, avait rassemblé des équipes de recherche universitaires : I3M (Université de Nice-Sophia-Antipolis ET Université de Toulon, IRSIC (Université d’Aix-Marseille I et Université d’Aix-Marseille II). Pour Aix-Marseille, de nombreuses autres entités avaient été impliquées : le département Satis (Aubagne -Université d’Aix-Marseille I), des chargés de communication d’équipes du CNRS: Centre de Physique des Particules de Marseille (CPPM, UMR CNRS / IN2P3), Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, Observatoire de Haute Provence, (UMR CNRS / Université de Provence), Laboratoire d’Economie Quantitative d’Aix-Marseille (UMR, CNRS, Université de Provence), Institut  de Biologie du Développement de Marseille Luminy (IBDML, UMR CNRS /  Université de la Méditerranée).

Plusieurs séminaires, participations à des journées scientifiques et réunions de travail avaient été mis en place. Ces activités ont permis de rassembler des partenaires et acteurs clefs institutionnels et académiques de la région PACA et du pourtour méditerranéen, motivés par les problématiques en information communication (relations sciences et sociétés, recherches actions (RA) et en réseaux, mutations sociotechniques). Des programmes d’investigation répondant aux APO Pire ont été réalisés : rapports produits à l’ISCC et en région (2010), participation à des séminaires de cet Institut centrés sur les programmes PIRE du  CNRS, production d’un ouvrage collectif (Bernard F. & Durampart M. (dir), 2013 Savoirs en action. Culture et réseaux méditerranéens, Paris, CNRS Éditions).

La réflexion scientifique a ainsi pu se développer au fil de ces coopérations entre les deux équipes et a permis de définir une complémentarité entre les deux laboratoires sur les thématiques suivantes : valorisation des territoires, mutations du secteur de la  santé, émergence d’une culture de l’écoresponsabilité et du modèle du développement durable, dispositifs d’information.

L’IRSIC apporte une réflexion originale et spécifique (à l’échelle des laboratoires SIC en France) articulée  au cadre de recherche de la communication engageante et instituante. Ces travaux explorent de manière inédite les relations entre communication et action. Ils apportent une contribution théorique et empirique aux questions de l’engagement et de l’enrôlement dans des cours d’action, des publics, des décideurs et des acteurs sociaux. I3M Toulon déploie ses travaux, dans le cadre de la disruption numérique en cours : agencements, dispositifs numériques, nouvelles écritures, objets nomades, interfaces etc. Sont étudiés également : les transformations  des processus d’apprentissage, de transmission, les modes de production liés à la circulation des connaissances, ainsi que l’étude critique de  « l’hégémonie du réseau » et des évolutions profondes des organisations modifiées par les dispositifs numériques et la communication digitale. Le domaine de la cognition distribuée (et des pratiques qui l’accompagnent) et des intelligences collectives occupent une place croissante dans l‘étude  des secteurs industriels, des services, ainsi que vers le domaine des arts et la culture, de l’« entertainment » . Ces travaux rejoignent les thématiques explorées par certains chercheurs de l’IRSIC (Eco-systèmes cognitifs, informationnels, Big Data, algorithmique et SHS). Les deux équipes ont des productions originales, en partie convergentes qui ont pour ambition d’apporter une contribution au renouvellement de l’approche des métamorphoses des médias et des médiations.

En synthèse, depuis des années, les deux laboratoires n’ont cessé de se concerter, de se retrouver dans des évènements et initiatives respectives et communes au niveau régional, national et international : engagement dans le groupe de recherche national ORG&CO (communication des organisations), engagement dans la SFSIC – Société Française des sciences de l’information et de la communication- (Présidence de Françoise Bernard avec l’organisation d’un congrès à Marseille et Congrès international de Toulon sous la direction de Michel Durampart, vice présidence formation de Michel Durampart). On note aussi une présence nombreuse des chercheurs au sein des instances du CNU – section 71 (plus d’une quinzaine de chercheurs PACA et la Vice-présidence puis Présidence (2007-2015) de cette instance sous l’égide de Françoise Bernard). D’un point de vue régional, les équipes ont convergé pour concevoir en concertation leurs séminaires, notamment dans l’action liée au Pôle ISCC, pour représenter ensemble la recherche en information et communication dans des tables rondes, ateliers colloques faits en commun en région PACA, dans des évènements internationaux : Congrès ACFAS, Québec (constitution de colloques communs), colloques soutenus et labélisés par la SFSIC en Tunisie, Algérie, Maroc, Roumanie. On mentionne tout particulièrement l’organisation et la conduite de deux délégations au Sommet Mondial de la Société de l’Information, délégations conduites par Françoise Bernard à Genève puis à Tunis, avec Michel Durampart et des collègues des universités de PACA.

En capitalisant l’ensemble de ces expériences communes, les équipes ont réussi à donner une visibilité à des orientations de recherche complémentaires et croisées. On peut en cerner le périmètre autour des recherches (fondamentales et recherches-actions) consacrées :

– aux problématiques de changement, d’innovation, d’action et d’utilité sociétales, aux métamorphoses médiatiques plus nettement représentées du côté de l’IRSIC

– à l’analyse des mutations traversées par des démarches sociotechniques et dispositifs numériques dans les organisation de la connaissance et les industries culturelles, le renouvellement des usages et des médiations, plus nettement représentées du côté I3M Toulon

– un intérêt marqué dans de nombreux projets et publications pour la réflexion consacrée à l’interdisciplinarité comme problème et comme pratique, à la transversalité et à la transformation des champs de recherches avec leur hétérogenèses , déplacements et brouillage des frontières etc…

Les équipes ont aussi multiplié des publications conjointes sous la forme d’ouvrages collectifs, d’articles collectifs (co-authorship ). Les deux laboratoires coopèrent de manière continue pour renforcer les liens avec les activités de deux réseaux situés en PACA. D’une part, TiceMed (avec notamment l’organisation de prochaines journées d’études à Marseille (octobre 2016) sous la responsabilité de Philippe Dumas et Philippe Bonfils (I3M Toulon) Françoise Bernard et Brigitte Juanals (IRSIC/AMU). Cette association Internationale TiceMed a pour objet social de développer la réflexion sur les usages des technologies de l’information et de la communication (Tic) dans l’enseignement au sein et autour des établissements de l’aire méditerranéenne et latine ainsi que toutes opérations ou actions non lucratives se rapportant directement à cet objet. Ce réseau a organisé un colloque soutenu par I3M dans le cadre des journées scientifiques de l’université de Toulon (congrès Neptune en avril 2014). D’autre part, le Réseau Transméditerranéen de Recherche en Communication (RTRC) qui poursuit, depuis sa création, la démarche entreprise sous la direction de Lucienne Cornu (ex directrice de l’EJCAM, AMU) fondée sur le projet d’instaurer un réseau de relations pour capitaliser la diversité des savoirs dans les domaines du Journalisme et de la Communication en Méditerranée (organisation de colloques à Porto, Chypre, Toulon, Marseille en 2016 avec l’appui des équipes d’I3M Toulon et de l’IRSIC). Enfin, les deux unités ont été impliquées dans la co-organisation du Colloque Frontières numériques (déc. 2016) qui s’est tenu à Toulon (I3M) avec la coordination générale du Laboratoire Paragraphe de Paris 8 (direction : Imad Saleh).

La volonté des deux équipes est de se regrouper dès que possible dans la perspective du prochain contrat autour d’un projet scientifique commun en tant qu’unité de recherche co-habilitée qui a aussi pour ambition de regrouper ou de collaborer avec d’autres équipes afin de fédérer une véritable représentation des SIC au plan régional (Satis-Aubagne, équipes ou chercheurs en SIC d’Avignon et de Montpellier).

Le laboratoire en co-tutelle s’intitule : Institut Méditerranéen des Sciences de l’Information et de la Communication (IMSIC) et se positionne autour  des mutations, actions et innovations en information et communication dans l’espace euro-méditerranéen.

 

Projets et perspectives scientifiques

En termes d’orientation fondatrice et globale une réflexion est très présente entre Toulon et Aix-Marseille sur les apports des SIC dans l’espace méditerranéen. Des productions croisées, rassemblées ou communes attestent de cette dynamique. Il s’agit d’aborder en premier lieu une actualisation de l’état des recherches dans et autour des SIC à partir de nombreux partenariats existants qui ne pourront que se renforcer mais aussi une réflexion rétrospective et prospective  autour d’enjeux communicationnels liés à des questions de société et de circulation des savoirs et connaissances. A ce niveau une implication est déjà actée au niveau de l’organisation d’événements, de colloques, et de journées d’études.

Quatre axes sont définis (cliquez pour en savoir plus) :

Chacun de ces axes met en œuvre deux approches :

– une approche en relation directe avec : des partenaires (économiques, sociétaux, privés, publics), la cité, des enjeux d’innovation ; ces approches conduisent à des recherches – actions et à des recherches appliquées selon plusieurs méthodes,

une approche de recherche fondamentale, au sens des SHS, avec une contribution à des théorisations et à des questionnements épistémologiques, à une réflexion portant sur le pluralisme méthodologique et l’interdisciplinarité, la transdisciplinarité et une contribution aux approches critiques.