Archives de catégorie Communication

Media Technologies and Accessibility: Politics, Representations and Paradigms

Access is increasingly woven into the textures and cultural practices of everyday lives. Media access alters the socio-political landscapes of a society thus changing the entire knowledge system within a society. To understand ‘access’ in its entirety, we need to break away from the common notions of the arguments of digital divide and analyze it in a larger social, historical and cultural context. There is an undeniable association between access and technology that is quite paradoxical. There has been a rise in the usage of modern technological devices as they get cheaper, smaller and faster which is in turn changing the knowledge systems of societies. This forces us to look at access from a whole new set of lenses. Technology would need to be understood from a complete social context that focuses more on social inclusion rather than social exclusion.

 

Dimensions of access and media accessibility have been on a continuum with scholarship that seeks to see accessibility as an afterthought to address concerns of the excluded and at the same time engaging with it as a critical project for all. However, access and diversity cannot be understood without predicating them on power, inequity, exclusionist agenda and the political economy of media. While the older notion of access referred to exposure to media technologies, the term ‘access’ has now a reconfigured import with the interchangeable relationship between readers, text and producers dominating content production, consumption and distribution. This has contributed to diversity of and plurality of information. But, access is never insulated from grand political and economic imperatives. For instance, access to the Internet is de jure right but it is controlled by a country/countries, corporate and the State. Access is thus implicated in control and network society inheres in control society, what Deleuze (year) writes about lucidly in his Postscript on Control Society. The rise of digital technologies informs how perceptions of control are overshadowed by perceptions of access, resulting in the notion of participatory surveillance or, put in other words, consenting to be surveilled.

 

Further, on the one hand, access merely constitutes exposure to spectacles (Debord, year), whereas Benjamin (year) argues for technological reproducibility, an indicator of increased access, as a possibility for political ramifications. If access to excess content has resulted in producing media spectacles thereby denying us subjectivity, the meanings of access needs to be engaged with more critically than reifying it. Access leading to empowerment is also caught in a structural and linguistic dialectic between abundance and alienation, abundance of media, technologies and content on the one hand and alienation and deprivation of people from access to media and its ensemble. 

 

Access has also received impetus from another perspective wherein media technologies designed and developed are more amenable to normal citizens as well as men (Oudshoorn, year). As a result, the disabled and women are excluded from access to technologies. While W3C proposes guidelines to make internet user-friendly to all, the design of technologies enables normal users, characterised by ableism, to produce public spheres that further create and reproduce disability as a deprived category. How can technologies be used for articulations of the subaltern and not merely that of the normative populations? It is quite interesting to engage with questions of hegemonic arrangement of uses of technologies accomplished through their intended user positions, mostly predefined and preconfigured. Does that mean that there is a wilful attempt not to be inclusive because disability can possibly destabilise the intended potential of the medium? Likewise, spatial production in terms of women having access to public spaces with wifi zones underlie productions of discourses of gendered inaccessibility.

 

Another outcome of the advancements in digital technologies is the shift from industrial to post-industrial society, marked by ‘knowledge economy’ and the emergence of the concept of open access. Making knowledge available to everyone became the central tenet of open access. But the politics of open access as we see it in the forms of corporate dominating the market or the State muffling the voices emanating from open access and collaborative tools registers a new flashpoint in accessibility. Techno-imperialism has providers of access to content, not dictated by nation-states, such as Julian Assange at their peril.

 

Access is also linked to aspirations (Appadurai, year); lack of access can lead to a failure of aspirations. Access is an enabler of aspirations and therefore individual preferences and collective capabilities. Media access in the context of social media does strengthen the potential of users to aspire, aspiration that is not linked to material benefits but knowledge, critical inquiry and reflection on future possibilities.

 

This conference seeks to discover several dimensions of media access and related concepts from multiple perspectives. This year’s conference aims at probing into the realms of access and how access has evolved to include the growing derivatives of technology.

 

Abstracts are invited from interested academicians, research scholars and media practitioners as well as activists.  

 

Topics of interest include, but are not limited to, the following:

 

  • LGBTQ /Queer visibilities in and through social media
  • Body positivity in media / social media
  • Access, Poverty and Media
  • Political economy of start-up digital firms: Have they refashioned the discourse of media access?
  • Understanding media ownership in digital ecosystem
  • Access Denied or Enabled: Injustice to women and media reportage
  • Technologies, inclusivism and differently abled
  • (de)legitimising media: how is access configured?
  • Connected Activism or Fragmented connectivism: Social media offerings for citizens
  • Political participation and local people: speaking loudly about social issues
  • Droning and Surveillance: Access society or control society?
  • Invasive data gathering and Privacy rights
  • Access to information: Symmetry or Asymmetry
  • Understanding media access from feminist perspectives
  • Media literacy on what to access than access per se
  • Gendered labour and women’s political participation
  • Free Software and Open Access
  • Platform Politics
  • Internet: A site for potential discrimination or equality
  • Privacy and Data Protection Policy
  • Media, disability and the politics of participation
  • Access to excess content: Spectacles of screened reality and imageries
  • Reality and truth in access-driven mediatised society
  • Data as Cargo
  • Digital media accessibility and identities
  • Histories of images in/through archives (photographs, films, engravings, paintings, videos, games etc.)
  • Politics of images in contemporary cultures
  • Accessibility in E-content courseware
  • Accessibility, conflicting forms of knowledge and social reality
  • Accessing science through media
  • Communicating environment through Media
  • Accessibility, technologies and health

 

Organising Committee

 

Chief Patrons


Prof. (Dr). Gurmeet Singh

Honourable Vice-Chancellor, Pondicherry University

 

Prof C. K. Ramaiah
Dean, School of Media and Communication
Pondicherry University, Puducherry

 

Convenor

Dr M Shuaib Mohamed Haneef
Head i/c
Department of Electronic Media and Mass Communication
Pondicherry University, Puducherry

 

Joint Convenors

Dr S Arulselvan, Associate Professor, DEMMC, Pondicherry University
Dr D Nivedhitha, Associate Professor, DEMMC, Pondicherry University
Dr Anand Lenin Vethanayagam, Reader, DEMMC, Pondicherry University
Dr Radhika Khanna, Assistant Professor, DEMMC, Pondicherry University
Dr Samarjit Kachari, Assistant Professor, DEMMC, Pondicherry University
Mr A Muthamil, Assistant Professor, DEMMC, Pondicherry University
Dr V Santhi Siri, Assistant Professor, DEMMC, Pondicherry University
Dr T Balasaravanan, Assistant Professor, DEMMC, Pondicherry University

The 2019 International Conference on Human Interaction and Emerging Technologies (IHIET 2019)

IHIET Conference aims to provide a global forum for presenting and discussing novel human interaction approaches, and emerging technologies systems, tools, methodologies and solutions in addition to trends and applications in all areas of human-machine and systems interaction applications.   

IHIET 2019 conference is attended by more than 400 researcher and scientist from academia and Industry!     

Proposal Abstract Submission Deadline (500 words): 20 April 2019 [11:00pm PST]                

Submission System: (New Users? Sign up): http://ihiet.org/submission.html                                                        

Selected areas and topics of interest include but are not limited to:

  • Human-centered Design

  • Computation and Intelligent Design

  • Augmented, Virtual and Mixed Reality Simulation

  • Wearable Technologies, Social and Affective Computing

  • Human–computer Interaction

  • Applications in Medicine, Biomechanics, Sports and Healthcare

  • Human-Technology and Future of Work

  • Emerging Technologies and Business Applications

The abstract submission deadline is approaching quickly! 

Peer-review accepted short full papers will be published in the IHIET 2019 Springer Book and Conference Proceedings. The proceedings are submitted to ISI, EI-Compendex, DBLP, SCOPUS, Google Scholar and Springerlink.     

Journée Visu 2019

La journée annuelle du GT Visualisation du GdR IG-RV aura lieu le vendredi 17 mai 2019 dans les locaux d’Télécom ParisTech (46 Rue Barrault, 75013 Paris). Cette journée a pour vocation de rassembler les acteurs, académiques et industriels de la communauté française en visualisation, afin d’échanger sur les problématiques et les enjeux actuels et futurs de la visualisation. Cette journée couvre en particulier la visualisation scientifique (SciVis) et la visualisation d’information (InfoVis).

Nous sollicitons des *soumissions sur résumé* (jusqu’à 2 pages), qui présentent des travaux originaux. Il peut s’agir de travaux de recherche finalisés, mais aussi de recherche en cours, projets ANR, Européens ou autres, retour d’expérience industriels, etc. Il peut également s’agir de travaux qui ont été soumis mais pas acceptés, et présentés dans le but de les améliorer en vue d’une nouvelle soumission ou tout simplement afin de « valoriser » l’investissement. Il peut enfin s’agir de travaux non encore soumis, et présentés en vue d’avoir un premier retour de la communauté. L’objectif n’est pas de faire de la sélection mais au contraire de permettre à tout le monde de présenter ses travaux. La date limite de soumission est fixée au 19 avril 2019.

Thématique
Les thématiques couvertes par l’appel sont variés et inclus :
* visualisation scientifique

* visualisation d’information

* visualisation de grandes masses de données et visualisation haute performance

* design de visualization

* visualization et storytelling

* visualisation in-situ

* visualisation analytique

* perception visuelle et visualisation

* interactions dans un contexte d’analyse visuelle

* évaluation de la visualisation

* couplage simulation / visualisation

* visualisation de données relationnelles (par ex.réseaux sociaux)

* fouille visuelle des données et techniques de navigation dans les entrepôts de données

* architectures client-serveur pour la visualisation de données distantes

* visualisation collaborative (colocalisée ou à distance, synchrone ou asynchrone)

* visualisation sur dispositifs nouveaux (par ex. murs d’écrans, tablettes tactiles, montres intelligentes) et avec des dispositifs d’interaction non conventionnels (par ex. capteurs 3D)

* méthodes topologiques pour la visualisation

* visualisation de données géolocalisées

* visualisation de données biologiques et moléculaires

* visualisation de données incertaines

* et tout autre thème novateur en rapport avec la visualisation scientifique ou la visualisation d’information.

Modalités de soumission
La soumission est un fichier PDF de 2 pages maximum, plus une page optionnelle incluant des figures en couleur. Les feuilles de style MS Word et LaTeX peuvent être téléchargées ici.

Format de la présentation
Lors de la journée Visu, vous pourrez présenter votre soumission sous trois formes:

  • Présentation orale (français ou anglais)
  • Poster
  • Démonstration

Merci d’indiquer lors de votre soumission quelle forme vous souhaitez adopter. Vous pouvez combiner jusqu’à deux formes de présentation. Il est possible que nous vous suggérions des modifications en fonction des contraintes de temps et de place. Un espace sera mis à disposition pour les posters et les démonstrations. Si vous souhaitez faire une démonstration, merci d’inclure dans le formulaire un bref descriptif de votre démonstration ainsi que de vos besoins matériels. Les soumissions peuvent être rédigées en français ou en anglais. Elles ne sont pas anonymisées.

Organisation :

  • Nadia Boukhelifa, Researcher at French National Institute for Agricultural Research (INRA)
  • Samuel Huron, Associate Professor at Mines-Télécom ParisTech (IMT)

Intelligences et représentations du numérique en éducation

Pour sa seizième édition, le Colloque Ludovia, lieu d’échanges et de réflexions, poursuit son exploration des problématiques posées par le numérique dans les pratiques éducatives et/ou ludiques en convoquant des approches pluridisciplinaires (arts, informatique, sciences de l’éducation, sciences cognitives, sciences de l’information et de la communication, etc.).

Après les problématiques de l’immersion (2006), de la convivialité (2007), du faire soi-même (2008), espace(s) et mémoire(s) (2009), interactivité et interactions (2010), de la mobilité (2011), du plaisir (2012), de l’imaginaire (2013), de création et de consommation (2014), des appropriations et détournements (2015), Formes d’attention, formes de présence, engagement (2016), Partage, échange, contribution, participation (2017), institutions et numérique (2018), nous proposons pour l’année 2019 :

Numérique et représentations

La littérature scientifique est riche de textes portant sur les représentations. Initiées par Durkheim (1898)  en SHS, elles « pèsent fortement sur la conjoncture théorique contemporaine » (Dérida , 1967) et sont abordées cette année dans la séquence des questionnements scientifiques de Ludovia. Constituées « dès qu’il y a eu une humanité » (Durkheim et Mauss , 1903), les représentations sont décrites comme « mentales » et « symboliques » (Piaget, 1947) , « collectives » et « individuelles » (Mauss , 1947), « sociales » (Moscovici , 1984 ; Jodelet , 1989 ; Abric , 1994), « cognitives » (Denis et Dubois , 1976 ; Meunier , 2002), etc.

Cette multiplicité d’approches traverse les courants disciplinaires et signe la fécondité de ce qu’il est possible de nommer un champ d’études qui postule que « tout ce qui existe (…) est (une) pure représentation » (Schopenhauer , 1844) dépendante de la conscience et des orthèses qui élargissent « le monde propre » (Von Uexküll , 1956), le système perceptif et interprétatif. Les travaux concernent l’histoire, la genèse, la production, les mécanismes de fonctionnement et le cycle de vie de « sous-ensembles aux contours flous de l’ensemble des représentations mentales et publiques qui habitent un groupe social » (Sperber,  1989).

Le terme « représentation » diffère légèrement selon ses acceptions française et anglaise qui inclut la symbolique des corpus mentaux et de l’imaginaire. Dans le cadre de cet appel, nous prendrons en compte les deux approches, du fait de la multiplicité des ouvertures offertes par le numérique et du caractère international des travaux. Plus que jamais le monde nous est (re)présenté par le biais de dispositifs numériques dont les modalités reflètent les idéologies de leurs concepteurs. Dans le même temps, les objets, en fonction des représentations que l’on s’en fait, constituent des champs de tensions qui peuvent susciter des réactions diverses, allant de l’adhésion enthousiaste au rejet. Les communicants veilleront à préciser dans quels champs disciplinaires ils situent leurs études pour aborder les représentations du numérique ou les représentations par (ou avec) le numérique.

Cette thématique est porteuse d’enjeux majeurs. En cette période où le recours aux dispositifs numériques gagne des utilisations nouvelles dans les sphères publiques, professionnelles, privées et que se généralisent simultanément les procédés de big data et d’archivage des traces, le regard des chercheurs sera utile pour porter et promouvoir une parole scientifique dans le débat social.

Nous souhaitons que les communicants puissent décliner leurs réflexions en les confrontant aux multiples applications du monde numérique et notamment aux domaines suivants, sans que cette liste soit exhaustive :

– Le monde éducatif s’est emparé des outils de technologie bien avant l’apparition du numérique. Le recours aux dispositifs informatisés est encouragé et parfois confondu avec l’innovation pédagogique. Quelles représentations sont véhiculées dans la société, les milieux de la formation et de l’enseignement sur la médiation numérique des acteurs, des instruments, des apprenants, des institutions ? La numérisation croissante des usages dans les apprentissages est-elle une évolution pédagogique ?

– La société de l’information, promue depuis les discours d’Hourtin en 1998, est devenue réalité, malgré les fossés liés à l’accès aux ressources et plus encore des comportements, des motivations et des compétences d’utilisation des réseaux. Quelles représentations sont à l’œuvre à propos du numérique et comment emploie-t-on la technologie pour se présenter et se représenter avec elle ? Quelles évolutions sont à envisager au moment où se propage l’intelligence artificielle dans les objets communicants ?

– Les jeux vidéo connaissent une profonde mutation de leur image dans la sphère sociale. Vilipendés du fait de leur caractère parfois violent et addictif, leurs représentations évoluent avec la diffusion des jeux sérieux et la multiplication du nombre de joueurs par un phénomène d’accumulation générationnelle. Inversement, des représentations spécifiques sont-elles à l’œuvre chez les joueurs sur leurs pratiques ludiques et sur la société ?

– Les activités culturelles et artistiques sont fortement impactées par le numérique qui en modifie la réception dans la société. Les produits muséaux et de curation en ligne bénéficient d’une forte notoriété depuis « Le Louvre » en 1995 tout en conduisant à des restrictions de droits photographiques in situ. Par ailleurs, les représentations de la dématérialisation de l’audiovisuel ont-elles évolué avec les bouleversements récents liés au contrôle de la distribution des contenus ? Enfin, qu’en est-il des installations « numériques » ou de l’introduction du numérique dans les œuvres ?

– Une approche épistémologique pourrait permettre de mieux cerner les concepts de représentation et les notions auxquelles elles sont fréquemment associées telles que la médiation, les idées, la phénoménologie, l’imaginaire en lien avec le numérique. Quelles postures ces couples thématiques invitent-ils à adopter dans les contextes disciplinaires ?

Ces pistes ne sont pas limitatives et toutes les ouvertures permettant d’éclairer notre problématique dans l’esprit pluridisciplinaire qui est le nôtre seront les bienvenues.

Références citées

  Durkheim E. (1898), Représentations individuelles et collectives. Sociologie et Philosophie, Paris : PUF, 1974.

  Derrida Z. (1967), E´criture et la Diffe´rence, Paris : Seuil, « Points ».

  Durkheim E. et Mauss M. (1903), « De quelques formes de classification – contribution à l’étude des représentations collectives », l’Année sociologique, n°6, 1903.

  Piaget J. (1947, La repre´sentation du monde chez l’enfant. Paris : PUF, « Quadrige », 2003. 

  Mauss M. (1947), Manuel d’ethnographie, Paris : Payot.

  Moscovici S. (1984), « The phenomenon of social representations », in R. M. Farr & S. Moscovici (dir), Social Representations, Cambridge University Press.

 Jodelet D. (1989, dir.), Les représentations sociales, Paris : PUF.

  Abric J.-C. (1994, dir.), Pratiques sociales et représentations, Paris : PUF.

  Denis M., Dubois D. (1976), La représentation cognitive, quelques modèles récents, L’Année psychologique, 76-2, pp. 541-562.

  Meunier J.-G. (2002), Trois types de représentations cognitives, Cahiers du Lanci, Montréal : UQAM.

  Schopenhauer A. (1844), Le monde comme volonté et représentation, Vol. I, Paris : PUF, 1966.

  Von Uexküll J. (1934), Mondes animaux et mondes humains, trad. P. Muller, Paris : Gonthier, 1956.

  Sperber D. (1989), L’étude anthropologique des représentations, Les représentations sociales, Paris : PUF, pp. 115-130.

Modalités de soumission

Les propositions doivent être transmises par courrier électronique jusqu’au 2 avril 2019 à : colloque@ludovia.org

La réception de chaque proposition donnera lieu à un accusé de réception par mail.

La proposition livrée en fichier attaché (titré « nom de l’auteur_Ludovia_2019 ») aux formats rtf, doc ou odt, sera composée de 3 parties :

• Un résumé de la communication de 3 000 signes maximum, espaces comprises ;

• Une courte biographie du (des) auteur(s), incluant titres scientifiques et principales publications récentes, une page maximum ;

• Une note de positionnement scientifique indiquant la section scientifique de rattachement, la méthode appliquée, le terrain d’expérimentation (s’il y a lieu) et les références.

Organisation de la sélection

La lecture des propositions se fera en double aveugle (deux lecteurs, ne disposant que du texte de la communication, sans les mentions liées à son auteur), l’un des lecteurs étant issu du champ de recherche correspondant à l’article, l’autre éventuellement extérieur.

Chaque auteur recevra un avis circonstancié qui indiquera l’acceptation (conditionnée ou non), ou le refus de l’article. Les propositions acceptées sous condition devront être modifiées en fonction des remarques des lecteurs.

Modalités techniques

L’article définitif devra respecter les conventions typographiques et de mise en page qui seront envoyées dans une feuille de style type lors de l’acceptation de la proposition.

La taille de l’article sera comprise entre 25 000 et 30 000 signes, espaces comprises.

Il sera envoyé par voie électronique sous la forme d’un fichier au format .doc, .rtf ou .odt, contenant le titre, le résumé, le texte et, le cas échéant, ses illustrations, numérotées de façon incrémentielle (figure 1, figure 2, etc.).

Participation au colloque

Les auteurs retenus seront conviés à venir présenter leurs travaux à Ax-les-Thermes dans le cadre d’une communication orale de 20 minutes.

Ludovia ne prend pas en charge les frais de transport et d’hébergement des communicants.

La publication dans les actes est conditionnée à la participation au colloque.

Publication

• Les résumés des articles acceptés, notes biographiques et de positionnement scientifique seront publiés avant le colloque sur le site de l’université d’été Ludovia : www.ludovia.org.

• Les articles seront publiés par voie électronique après le colloque dans l’espace de publication du site Web de « Culture numérique » : http://culture.numerique.free.fr/index.php/espace-de-publication

• Une publication scientifique ultérieure composée de contributions du colloque dans une revue scientifique sera proposée.

Calendrier (dates importantes)

• Date limite de soumission : 2 avril 2019.

• Notification d’acceptation des propositions : 15 mai 2019.

• Colloque : du 21 au 24 août 2019.

• Remise des textes complets pour publication (30 000 signes maximum) : avant le 20 décembre 2019.

En savoir plus

Pour de plus amples renseignements sur l’appel à communications, vous pouvez nous contacter par l’adresse de réception des communications : colloque@ludovia.fr

Présidents du Colloque Scientifique Ludovia 2019 :

Thierry Gobert (UPVD), Michel Lavigne (Toulouse 3), Patrick Mpondo-Dicka (Toulouse 2)

Les informations ultérieures concernant le Colloque, seront diffusées :

– Pour les aspects matériels (inscriptions, hébergement) sur le site : www.ludovia.org/

– Pour les aspects scientifiques sur le site : http://culture.numerique.free.fr/

————————–

Le Colloque scientifique Ludovia est organisé par Culture numérique, association de chercheurs, dans le cadre de Ludovia, Université d’été de la e-éducation.