Archives de catégorie Actualités

Yves Jeanneret

Diplômé de l’École normale supérieure en 1972, Yves Jeanneret a passé l’agrégation de lettres classiques ainsi qu’un doctorat en littérature et civilisation française consacré à l’œuvre de Romain Rolland (Université de Paris III, 1982). Il a ensuite obtenu son habilitation à diriger des recherches à l’Université de Paris VII en 1996.

Il a créé et dirigé le département « formation humaine » à l’Ecole nationale supérieure des télécommunications.  Il a dirigé la chaire « Innovation dans la communication et les médias » de l’École des hautes études en sciences de l’information et de la communication ou CELSA (GRIPIC).

Il a également eu plusieurs responsabilités au cours de sa carrière dont : co-rédacteur en chef de Communication et langages (Necplus), avec Emmanuël Souchier ; membre du Comité éditorial de Culture et musées ; membre du Comité scientifique de Études de communication ; directeur de la collection « Communication, médiation et construits sociaux » chez Hermès-Lavoisier.

Quelques références

#EUvsVirus challenge

La Commission européenne, dirigée par le Conseil européen de l’innovation et en étroite collaboration avec les États membres de l’UE, ont organisé un hackathon européen pour connecter la société civile, les innovateurs, les partenaires et les investisseurs à travers l’Europe afin de développer des solutions innovantes pour les défis liés aux coronavirus . L’université d’Aix-Marseille a encouragé sa communauté (étudiants, personnels, chercheurs…) à participer à ce projet de Hackathon et l’IMSIC à répondu présent avec 5 membres qui ont participé. Les participants de l’IMSIC ont occupé plusieurs rôles, Céline Pascual-Espuny a vécu l’expérience en temps que « mentor skills », Julie Golliot, Audrey Bonjour, Frédérique Sussfeld et Alexandra Salou en tant que participantes. Nous allons dans cet article, vous présenter un projet déposé lors du Hackathon EUvsVirus par Alexandra Salou doctorante à l’IMSIC. Le projet proposé lors du hackathon : Vérification collaborative des faits par les citoyens CitizenFact

Le projet proposé lors du hackathon :

vérification collaborative des faits par les citoyens CitizenFact

Comme tout développement technique, la numérisation des technologies de l’information et de la communication entraîne de profondes transformations sociales. Ces derniers ont radicalement transformé de nombreux domaines sociaux, comme l’élargissement du débat public, la circulation de contenus personnalisés et même l’accès à l’information. En effet, si ces nouvelles technologies promettent de bouleverser l’ordre établi et de réduire les disparités sociales (accès au savoir, à la culture, à la démocratie etc.), elles pourraient également conduire à un renforcement de
l’hégémonie du GAFAM , générant ainsi l’émergence de projets selon leurs propres intérêts. Les médias traditionnels sont de plus en plus discrédités: seuls 24% des Français estiment que les journalistes sont indépendants. Ce discrédit des médias s’inscrit dans une dynamique plus large, celle du discours anti-élite et anti-institutionnel.

Sur Internet, les propagandistes profitent d’abord de la «bulle du filtre» et de l’exposition sélective à l’information, qui désigne le passage de l’information à travers le dribble d’algorithmes de personnalisation et l’état d’isolement intellectuel. qui s’ensuit. Facebook et Google ont en effet
perturbé l’accès aux informations en sur-personnalisant les informations fournies par leurs algorithmes respectifs. Selon Eli Pariser, cela encourage une forme d’auto-propagande qui favorise la segmentation de la société. « La bulle du filtre » découle de notre activité sur Internet, des pages auxquelles nous nous abonnons et du contenu que nous avons via notre engagement (comme, partage, commentaire, etc.) qui nous a été signalé comme présentant un grand intérêt.

Les algorithmes ne reflètent ici que nos choix qui sont souvent basés sur des principes de similitude ou de conformité bien connus des psychologues, mais aussi sur le principe d’exposition sélective – ce qui conduit les individus à s’exposer de préférence à des discours qui s’accordent a priori. Dans un système globalisé, les fausses informations prolifèrent pour influencer les citoyens comme lors des élections (élections américaines) ou même des
référendums (Brexit en Angleterre). Pour lutter contre l’apparition exponentielle de fausses nouvelles, les citoyens européens collectivement doivent en collaboration déchiffrer ces fakesnews et consolider puis étayer leurs pensées critiques.

La description du projet CitizenFact

CitizenFact est une plateforme d’annotation et de vérification collaborative du contenu l’informationnel sur l’Internet. C’est également une extension que les internautes peuvent télécharger sur leur navigateur et qui permet d’évaluer le contenu informationnel. L’utilisateur donne une note au contenu qu’il lit et peut notifier des faits qui seraient faux et mettre en commentaire la source ou la vérification du « faux faits ». Toute personne disposant de l’extension pourra voir les commentaires des autres utilisateurs et des vérifications qui auront été faites sur le contenu informationnel. Ils pourront également participer à la vérification de nouveaux contenus qui ne seraient pas encore répertoriés par la plateforme numérique. Pour minimiser les éventuels biais et abus par les utilisateurs sur la vérification collaborative des faits des contenus informationnels un barème de point sera mis en place pour noter la « réputation de l’utilisateur » par exemple à partir de 100pts de réputation on peut ajouter un contenu informationnel, un outil de modération à partir de 200pts… etc. Le but aussi de cette notation est de valoriser le travail de l’utilisateur et de récompenser ceux qui sont actifs sur la plateforme. Cet outil permet d’ajouter une grande valeur au contenu informationnel et de détecter rapidement si le contenu contient des faux faits. L’enjeu lors de ce hackathon était de mettre en place un projet répondant aux objectifs de lutte contre la diffusion de fausses nouvelles et de respect de l’accès à l’information pour tous les citoyens dans le contexte du Covid-19.

Comprendre la crise et imaginer les lendemains

Articles publiés la semaine dernière :

[MEDECINE]

LES CITOYENS EXPERTS, DES FORCES DE RESISTANCE DANS LA CRISE
Par Hugues Lefort, médecin urgentiste, chef du service des urgences de l’hôpital d’instruction des armées Legouest à Metz et Patrick Clervoy, médecin psychiatre des Armées, professeur agrégé du Val-de-Grâce
« Toute crise est porteuse d’opportunités
L’évolution des sociétés laisse observer que les changements les plus importants sont provoqués par des crises. « Ce n’est pas en améliorant la bougie qu’on a inventé l’ampoule électrique » rappelait le physicien Niels Bohr. Une crise ne naît pas d’elle-même, elle est le produit des événements. Aujourd’hui, l’événement est une pandémie qui met la planète à l’arrêt. » 
Lire la suite de l’article : https://static.odilejacob.fr/public//iad_clervoy_lefort_3/

DE L’ANGOISSE EXISTENTIELLE VERS UN NOUVEL ORDRE DE LA COMMUNAUTÉ HUMAINE
Par Francis Waldvogel, professeur de médecine.  Il a été directeur du département de médecine à Genève, vice-président du Conseil de la science et technologie suisse, président des Écoles polytechniques fédérales.
« Avril 2020, le bilan est lourd : Alors que le virus SRAS-CoV-2 ( son nom désormais officiel)  avait contaminé à son origine quelque 100 000 personnes en Chine, sa progression inexorable de l’Est vers l’Ouest de notre planète a déjà infecté plus de 2 millions de personnes en provoquant le décès de 120 000 d’entre elles. Il a paralysé les transports terrestres et aériens, placé l’économie mondiale en léthargie, approfondi la fracture sociale, mis la finance internationale à genoux et – surtout- engendré une angoisse existentielle chez chacun de nous : nous redécouvrons ces jours notre propre fragilité et le caractère éphémère de notre existence. » 
Lire la suite de l’article : https://static.odilejacob.fr/public//iad_waldvogel_1/

[PHILOSOPHIE]

SURVIVRE A TOUT PRIX ? Petite réflexion sur la vie biologique et l’existence humaine au temps du coronavirus
Par François Galichet, philosophe, professeur honoraire à l’université de Strasbourg. 
« On parle beaucoup en ce moment de « sauver des vies », « préserver des vies », « privilégier la vie », etc. Que signifie « la vie » dans un tel contexte ? C’est d’abord évidemment la vie biologique, que les soignants se battent pour protéger des atteintes de la maladie. Mais c’est aussi tout ce qui fait « la valeur de la vie », c’est-à-dire la capacité à travailler, échanger, penser, créer, aimer, enseigner, délibérer – autrement dit la vie économique, culturelle, sociale, intellectuelle, politique. » 
Lire la suite de l’article : https://static.odilejacob.fr/public//iad_galichet_1/

[GEOPOLITIQUE]

LE VIRUS ET LA GEOPOLITIQUE
Par François Heisbourg, conseiller spécial à la Fondation pour la recherche stratégique et ancien président de l’International Institute for Strategic Studies de Londres et du Centre de politique de sécurité de Genève.
« Une des leçons des premiers mois de 2020, c’est qu’il est trop tôt pour se hasarder utilement à des prévisions sur les conséquences géopolitiques de la phase actuelle de la pandémie de Covid-19. Alors que le virus initialement identifié à Wuhan venait à peine d’être nommé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des articles parus dans la presse américaine et européenne s’appesantissaient sur le défi auquel étaient confrontés les dirigeants chinois, le tout suivi par des éditoriaux parfois définitifs sur les conséquences plus larges à en tirer. Quelques semaines plus tard, l’air du temps avait changé, avec des propos non moins définitifs sur la force de la Chine par comparaison avec une Amérique à la dérive et une Union européenne (UE) à la ramasse. » 
Lire la suite de l’article : https://static.odilejacob.fr/public//iad_heisbourg_1/

[PSY]

PASCAL ET L’ELOGE DU CONFINEMENT
Par Jean Cottraux, psychiatre honoraire des hôpitaux, ancien chargé de cours à l’université Lyon-I, et membre fondateur de l’Académie de thérapie cognitive de Philadelphie. 
« Je ne sais pourquoi, au moment d’entrer dans le confinement, pour y poursuivre mes activités habituelles, m’est revenue une pensée de Pascal : de celles que les lycées nous enseignaient.
« J’ai dit souvent que tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre. Un homme qui a assez de bien pour vivre, s’il savait demeurer chez soi avec plaisir, n’en sortirait pas pour aller sur la mer ou au siège d’une place. On n’achète une charge à l’armée si cher, que parce qu’on trouverait insupportable de ne bouger de la ville. Et on ne recherche les conversations et les divertissements des jeux que parce qu’on ne peut demeurer chez soi avec plaisir » (Blaise Pascal, Pensées, 1669) » 
Lire la suite de l’article : https://static.odilejacob.fr/public//iad_cottraux_j_1/

POUR EN SAVOIR PLUS

Patrick Clervoy, Les pouvoirs de l’esprit sur le corps
Comment se fait-il qu’une personne guérisse et qu’une autre pas ?
Quel est cet élan coordinateur qui rassemble les ressources de notre organisme pour que s’opère la guérison ?
Une plongée passionnante, guidée par un médecin psychiatre, au cœur des phénomènes étranges de guérison.
Un plaidoyer pour une médecine plus ouverte qui prenne en compte cette dimension inexplorée de la guérison : la force vitale de l’être humain.
https://www.odilejacob.fr/catalogue/medecine/psychiatrie/pouvoirs-de-l-esprit-sur-le-corps_9782738143464.php

Francis Waldvogel, Tableau de la vie. Échanges, émergence, complexité
Percevons-nous la réalité du monde qui nous entoure ? L’abeille butine la fleur et la féconde, les atomes se partagent des électrons et créent des liaisons chimiques, par les mots nous communiquons pensées et émotions : les échanges sont partout. Le monde nous apparaît comme un ensemble d’objets, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, mais il y a entre eux d’innombrables interactions souvent invisibles.
https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences/biologie/tableau-de-la-vie_9782738150899.php

François Galichet, Vieillir en philosophe
Que signifie être autonome ? Mener une vie digne ? Être en bonne santé ? Comment être un citoyen actif alors que l’on ne travaille plus ?
Voilà quelques-unes des interrogations auxquelles nous invite cet ouvrage de philosophie pour tous. À travers ces questions (et bien d’autres) se dessine une nouvelle façon, à la fois ludique et philosophique, d’envisager la vie, le temps qui passe, la vieillesse.
https://www.odilejacob.fr/catalogue/psychologie/psychologie-generale/vieillir-en-philosophe_9782738132192.php

François Heisbourg, Le Temps des prédateurs. La Chine, les États-Unis, la Russie et nous
« Comment la France et l’Europe, menacées par le déclin économique et démographique sur toile de fond de crise politique et morale, peuvent-elles se défendre face à ces nouveaux prédateurs que sont la Chine – désormais superpuissance consciente de son rang historique –, la Russie – insatisfaite de l’ordre postsoviétique sur notre continent –, voire les États-Unis ?
Pour tenter de répondre à cette question, il faut d’abord reconnaître les terrains de chasse de la prédation moderne.  [Bientôt disponible.]
https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/economie-et-finance/temps-des-predateurs_9782738152015.php

Jean Cottraux, Tous narcissiques
Sommes-nous tous des narcissiques en puissance ?
Il existe toutes sortes de personnalités narcissiques : le narcissisme positif est celui qui conduit à la créativité, à réaliser des œuvres littéraires, politiques, ou des découvertes scientifiques.
Mais il y a aussi un narcissisme négatif, celui des personnalités narcissiques instables et dépressives, et enfin un narcissisme sombre et malveillant.
https://www.odilejacob.fr/catalogue/psychologie/psychanalyse/tous-narcissiques_9782738136176.php

Ecosystem Covid-19

Une équipe composée de chercheurs de l’IMSIC (doctorants en premier lieu, encadrés par des titulaires) s’est mobilisée afin de monter un programme de recherche lié à la situation exceptionnelle du Covid-19 et du confinement. Il porte sur la possible transformation des expériences informationnelles, communicationnelles et culturelles des populations avec cette orientation : Les nouvelles formes d’écosystèmes socio-communicationnels et la réinvention des formes de vie face au COVID-19.

Cette équipe qui ne cesse de grandir et qui fait appel à toutes les bonnes volontés au sein du laboratoire s’est mobilisée autour des objectifs suivants :

Mobiliser des binômes ou des petites équipes, afin de mener des travaux centrés sur différentes thématiques en lien avec l’information, la communication, les relations à distance, et la consommation culturelle en période de confinement.

Envisager de fait la rédaction d’un ouvrage collectif et collégial appuyé sur les recherches conduites et éventuellement une série d’articles soumis à d’autres revues.

Préparer l’équipe et d’autres membres volontaires à répondre à un appel d’offre d’envergure lié au COVID-19 et au confinement avec des prospectives sur la suite de cette période.

Profiter dans cette dynamique des partenariats privilégiés dans lesquels notamment nos doctorants sont engagés : IHU de La Timone, Smart Macadam, Association ARTS, partenariats avec des pays étrangers.

ÉTAT DES RECHERCHES :

Au stade actuel, après que chaque chercheur(se) ait réalisé un carnet de bord pouvant étayer une dimension réflexive et qui a permis d’établir des thématiques dominantes, l’équipe a défini un certain nombre de problématiques, axes, et thématiques de travaux de recherche.

EQUIPE NON EXHAUSTIVE :

Michel Durampart, Laurent Collet, Mahamadou Cissé, Julie Golliot, Pauline Reboul, Alioune Badara Gueye, Billel Aroufoune, Thierry Gobert, Maud Pélissier, Thibaut Albertini, Sami Ben Amor, Céline Pascual Espuny, Franck Renucci, Philipe Bonfils, Stéphnie Lukasik, Edmond Bou Dagher, Frédérique Sussfeld, Mairie Louise Botella, Audrey Bonjour.

Cinq thématiques :

THÉMATIQUE 1 : GROUPE FOCUS SUR QUELQUES PAYS DU SUD AVEC DIFFÉRENTES FOCALES

Billel Aroufoune : Algérie – la continuité à distance des mouvements citoyens de revendications en période de confinement, une dynamique citoyenne s’exprimant sur le web.

Fetta Belgacem : circonscrit une étude sur la population Kabyle en regardant plus particulièrement comment les citoyens s’auto-organisent et se prennent en charge.

Feryel Bouzid : Tunisie – l’engagement, la mobilisation citoyenne dans des projets créatifs et civiques.

Mahamadou Cissé : Côte d’Ivoire – perception citoyenne de la gestion de crise du gouvernement, mobilisation en réseau.

Edmond Bou Dagher : Liban – rapport à l’information (MTV) des citoyens libanais, hiérarchie et construction de l’information en état de crise, permanence d’une contestation.  

Alioune Badara Gueye : Sénégal – ressenti et pratiques des étudiants sur les modes de consommations culturels confinées.

Ces recherches se font sur la base de guides d’entretiens concertés, avec des focales différentes. Outre l’intérêt d’avoir un regard sur la diversité des mobilisations citoyennes en période de confinement et un retracé des faits, ces travaux offrent aussi l’intérêt d’éclairer la prise en charge et la mobilisation citoyenne de la crise, le rapport à l’information, aux institutions et de souligner des convergences ou particularités entre pays.

THÉMATIQUE 2 : RAPPORT À L’ACTUALITÉ ENTRE INFORMATION MÉDICALE ET INSTITUTIONNELLE, DÉBATS, CONTROVERSES ET POLÉMIQUES

Julie Golliot, Thibaut Albertini, Franck Renucci. Ces travaux s’appuient sur un état de l’art actualisé et d’une veille sur les débats et controverses en cours, d’une analyse de l’expression sur le web des craintes et attentes citoyennes entre expertise, savoir profane, discours institutionnels et modes d’action en milieu médical.

Thibaut Albertini, doctorant, mène sa recherche au cœur de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille dirigé par le Pr. Didier Raoult. Celui-ci peut donc retracer la vie d’un hôpital et d’un service spécifique sur le front des opérations, la diffusion des débats et controverses au cœur de l’action. Il mène également des entretiens courts sur le rapport à l’information médicale des populations faisant un test de dépistage et observe la gestion de crise au sein de l’IHU. L’ensemble de ces actions sont relayées et appuyées par Céline Pascual Espuny et Michel Durampart.

THÉMATIQUE 3 : LE DÉSERT CULTUREL : RÉACTIONS MOBILISATION SUBSTITUTIONS/COMPLÉMENTARITÉS

Alioune Gueye, Marie Louise Botella, Frederique Sussfeld portent un double regard sur le confinement en cours. 

Il s’agit de voir comment se mettent en place des modes de substitution numériques et digitales en période de vide culturel, puis de mesurer leur pertinence, leur durabilité et les risques afférents. 

Il s’agit également, d’un autre côté, d’analyser la mobilisation des acteurs de la culture et du spectacle dans une situation où le spectacle vivant, notamment, ne peut s’exprimer.

THÉMATIQUES 4 : LE TÉLÉ ENSEIGNEMENT, RESSOURCES, AIDES, CONDITIONS, LIMITES

Pauline Reboul, Michel Durampart et Thierry Gobert. Le focus porte sur un terrain précis : la Métropole de Lyon et plus particulièrement son équipement ressource auprès de familles ou d’élèves en difficulté dans le cadre de l’enseignement à distance. A cet égard, il s’agit d’étudier le rôle de l’ENT et de focaliser plus spécifiquement sur les décrocheurs sociaux et/ou scolaires au regard des dispositifs numériques. Une mise en perspective sera tentée avec une volonté de généralisation.

THÉMATIQUE 5 : CONDITIONS DE TÉLÉ TRAVAIL, L’ENVAHISSEMENT NUMÉRIQUE

Philipe Bonfils, Marie Louise Botella, Sami Ben Amor, Thierry Gobert : viabilité et saturation liée aux usages abondants du télétravail et des visioconférences.

Maud Pélissier a ouvert une réflexion scientifique avec une veille autour des questions d’écosystème scientifique notamment autour des Ressources sciences ouvertes, Open, communs.

Laurent Collet mène une veille sur les enquêtes en cours venant de différentes initiatives afin de produire une analyse secondaire, il s’implique avec Céline Pascual Espuny dans la coordination du programme et le suivi du questionnaire.

Sami Ben Amor remplit un rôle de premier plan dans la gestion d’un questionnaire en ligne, en le structurant et en administrant le dispositif technique. L’intérêt de ce questionnaire est de mettre à l’épreuve des thématiques de recherche en apportant une forme d’objectivation aux approches plus qualitatives et exploratoires.

Méthodologies : carnets de bord et retours réflexifs, guides d’entretiens et entretiens, questionnaire global et objectivant sur les angles et thématiques, revue de presse spécialisée, veille et analyse secondaire de données, observations distanciées en situation.

Lucienne Cornu

Docteur en Sciences et Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication, elle a débuté sa carrière comme chercheur au CNRS avant d’intégrer l’Université. En 1982, elle a créé puis dirigé jusqu’en 1995, l’Ecole de Journalisme et de Communication de Marseille, au sein de l’Université de la Méditerranée (EJCAM, Aix-Marseille II). Président-fondateur du Réseau TransMéditerranéen de Recherche en Communication (RTRC), aujourd’hui associé au programme Méditerranée de l’Unesco qu’elle a créé en 1989, elle a continué d’animer des réunions scientifiques et des forums internationaux. En 1999, elle est nommée Présidente de l’Institut TERA International (Institut « Technologies de l’Enseignement et de Recherche Appliquée » International). En tant que Professeur Emérite des Université, elle a dirigé des thèses de Doctorat en France et à l’étranger. Elle est commandeur de l’ordre des Palmes Académiques.

«  Partager l’information, la transmettre librement constituent un des fondements de nos démocraties. Traditionnellement assurée par les médias, la diffusion de l’information est, aujourd’hui, bouleversée par un monde caractérisé par une complexité croissante, par la globalisation de l’ensemble des activités, par l’avènement du numérique et par l’extension des réseaux sociaux. La figure normée – idéalisée ? – du journaliste, formé par ses pairs, respectant une déontologie, vérifiant ses sources, assumant explicitement et publiquement une ligne éditoriale se brouille. Ces métamorphoses professionnelles sont le produit d’autres mutations techniques, économiques, culturelles, en même temps qu’elles affectent la société dans son ensemble. » 

Quelques références