Perspectives transversales aux quatre axes : interrelations entre disciplines, entre territoires (matériels et symboliques) 

Cliquez pour découvrir les axes : AXE 1, AXE 2, AXE 3, AXE 4.

 

Interdisciplinarité

Pour les trois axes, à partir de l’expérience déjà acquise, une volonté de dialoguer, coopérer avec d’autres disciplines scientifiques est affirmée de manière pragmatique mais aussi plus construite et selon les besoins dans les trois axes. Les disciplines concernées sont notamment celles de l’informatique, des sciences de gestion et du marketing, de la psychologie et la psychologie sociale, de la sociologie, de l’anthropologie, de la géopolitique, de l’ingénierie soft (design, ergonomie, esthétique).

 

Construction d’un réseau scientifique méditerranéen durable en SIC

Pour les trois axes, l’ambition méditerranéenne est confirmée. Le projet est de penser les interrelations dans une perspective d’ouverture. Ce projet sera développé en tenant compte de  l’instabilité géopolitique et stratégique de la zone qui pose des problèmes ardus à la recherche et aux politiques de recherches en SHS.  I3M Toulon a déjà constitué un observatoire des savoirs en euro-méditerranée. Il  est membre d’un GDRI (COMED) et   bénéficie d’un ancrage thématique euro-méditerranéen avec l’école doctorale (Civilisations et sociétés euro-méditerranéennes comparées). Il collabore notamment sous des formes très officielles (Formation et recherche) avec l’Algérie, la Tunisie, le Liban, le Maroc, incluant aussi des co-tutelles de thèse. L’IRSIC s’est déjà  impliqué dans ces pays et entretient aussi des relations avec la MMSH à Aix-Marseille (UMR Telemme) autour de certains projets associés aux enjeux médiatiques notamment. Des collaborations se sont aussi  traduites avec une double implication dans des colloques et des comités scientifiques en Tunisie et au Maroc (programme Loth- communication des terres arides-).

Des chercheurs à Toulon étudient l’élargissement du socle de la revue Pertinence en collaboration avec l’université d’Antonine à Beyrouth. Cette revue qui existe déjà serait placée sous l’égide d’une politique éditoriale en SIC (comité scientifique international) dans un contexte méditerranéen ouvrant des liens vers d’autres disciplines ; elle serait aussi renforcée par un support numérique permettant des traductions en anglais et en langue arabe (le format papier serait administré à Antonine et le format numérique à Toulon). Ce partenariat s’inscrit également sur  la mise en place d’une équipe information communication à Antonine sous le label I3M/IRSIC puis à partir de 2017, IMSIC.

Un projet pourrait alors conduire à la constitution d’un GIS ou d’un GDRI vers le Maghreb et le Proche-Orient autour de la transformation des savoirs et  les évolutions sociétales liées aux dispositif techniques  dans les sociétés au Sud.  Enfin, la question des politiques éditoriales et la refonte des modes de publicisation, la fabrication de nouvelles conditions favorables à la co-construction des savoirs est au centre de la préoccupation commune. Cela suppose en particulier de mettre sur pied un ou des séminaires de travail innovants et dotés d’infrastructures légères et modifiables selon les équipes et problèmes étudiés.